MOI2

 Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Péril noir, Paradis blanc, étrange…

 

Car dans ma naïveté et cette conception du réalisme, j’ai toujours considéré qu’il  y avait un PERIL et un PARADIS sans couleur et autre connotation raciale…

 Et pourtant, c’est  bien le fondement de ces concepts édités par des indoeuropéens 

qui  en même  temps réclament, vent debout, la suppression du mot RACE  dans la Constitution de 1958, une parfaite incohérence.

 

L’analyse est simple, dans la classification de races établit par le vainqueur …jaune, rouge, blanc, noir,  on observe que les appellations… jaune, rouge … ont disparu dans le langage courant, mais avec  la mise en orbite d’un petit nouveauu…le racisme anti -blanc

 

 

Et là encore dans ma conception étroite des réalités j’ai cru qu’il n’y avait qu’un Racisme dont les principales victimes historiques  et contemporaines, sont les Africains -sud,nord- et les Afro descendants dispersés sur l’ensemble de la Planète …

 

 

Ne restent plus en lice dans la hiérarchie des « couleurs humaines » que les indoeuropéens, qualifiés de « blanc » les Africains et descendants  présentés comme des «  noirs »...

 

... à tel point que les premiers désignés ont mille difficultés à prononcer le mot NEGRE qui signifie dans la tradition ancestrale…combat , conquérant etc…

 

 

Mais ce classement  « noir blanc » n’est pas innocent, d’aspect impérialo-colonialiste, avec le « blanc » synonyme de puissance d’arrogance et de domination, alors que le «  noir » est couvert du manteau de la soumission, de la pauvreté et la misère…

 

 Observez la gourmandise avec laquelle les médias de ce coté de l’Atlantique, utilisent l’épithète « noir ».cet homme noir, le paysan noir, l’avocat noir, le joueur  noir de l’équipe, l'artiste noir…etc

 

Mais, arrêtons ce besoin de supériorité raciale, cette soif d’humilier  l’autre en raison de son aspect physique, cette hypocrisie au pays des droits de l’homme, de l’égalité, liberté, et fraternité.

 

Il n’y  a pas plus de blanc que de noir ,mais des femmes et d’hommes qui poursuivent leur destin dans un Monde d’incertitude.

 

Quant à la problématique de race, je rappelle à toutes fins utiles que la France en tant que Nation a utilisé ce concept  pendant longtemps pour justifier la Traite négrière transatlantique et l’Esclavage des Africains déportés.

 

Alors c’est un peu tard pour déclarer urbi et orbi, que les races n’existent pas, sauf à saisir les 192 + 1...

 

...Membres de l’ONU, seule Instance mondiale,  appelés à  se prononcer par un vote unanime sur cette épineuse et dramatique mystère sociétal …

 

En nous rappelant dans nos analyses que la Grande ROME de valeurs et de civilisation aura sombré corps et bien dès le Vème siècle après J.C

l'Afrique et l'année 2017

 

Encore un « sommet » ce week-end à Bamako (Mali) une de ces rencontres géopolitiques inutiles qui me contrarie, et de me poser cette question imparable…

… Quand l’Afrique (de l’Ouest) sera décidée de se débarrasser de toute tutelle occidento-colonialo-impérialiste, pour aller de l’avant, et construire son destin dans un nouvel environnement de LIBERTE…

Et me voilà à Fort de France (Martinique) en ce mois de Juin 2008 pour vérifier sur le terrain la notoriété du grand écrivain Césaire Aimé qui vient de nous quitter en ce 18 Avril de la même année, avant de lancer ma campagne sous le titre …Le césairisme…

Mais déjà dans l’avion de l’aller, je fis un rêve sublime extraordinaire. Et dès mon arrivée dans la capitale caraibéenne, je m’empressai de rédiger le plan du message qui serait mis en ligne à mon retour en Europe…

Ce fut, l’Opération du nom de code « BEHANZIN », diffusée par 4 vagues successives, que vous retrouvez à l’adresse mail ci-dessous…

Eh oui, la conquête de l’Afrique par une guerre éclaire conduite à la façon de Chaka zulu, ce grand guerrier sud africain du XIXème siècle…

Et au fond de moi-même qui suis partisan de la lutte armée pour libérer ce Continent de toute présence occidentale nuisible, je me disais…il ne faut pas rêver car cette guerre de libération nationale aurait dû avoir lieu dans les années 1960, et en ce 21ème siècle c’est presque trop tard…qui sait avec les générations de demain…

Car c’est pour eux que je me projette pour l’avenir…

Comme suite à cette diffusion les internautes européens se sont bousculés sur le site pour comprendre le culot de cet afro descendant qui met en scène sa propre vision du Continent africain …

Et parmi les nombreuses observations, une à retenu mon attention que je me fais un devoir d’en communiquer la synthèse…

… Cher Monsieur Lebrun, c’est bien ce que vous dites, mais avec qui allez vous mener cette extraordinaire aventure, pas avec ces gens que nous connaissons, accrochés les uns les autres à leurs territoires octroyés comme vous dites à juste titre, dont ils ignorent totalement l’Histoire

D’ailleurs s’agissant du Continent, égal à 3 fois l’Europe, avec des richesses pillées depuis des siècles, son évocation pour l’immense majorité des Africains revient à faire état de la Théorie de Galilée au 16 eme siècle selon laquelle la terre est ronde et tourne autour du soleil, condamnée à l’époque par le Vatican…alors je vous souhaite bien du plaisir…

Une appréciation pleine de vérité et de bon sens, sauf que l’honorable internaute a semblet-il méconnu que nous étions dans le domaine du virtuel..

Mais peu importe, car depuis des années, participant à moultes conférences symposiums et autres concernant l’Afrique, à chaque fois j’ai posé la question de son unité, on eut cru pour les participants que "j’atterissais en provenance de la Planète Mars"…

Et finalement j’accorde très peu de crédit aux discours de la diaspora actuelle en Europe.

Pourtant je suis dans le même bateau, donc il faut avancer, et l’année 2017 est une excellente occasion pour les uns et les autres de revisiter l’HISTOIRE de l’Afrique avec les commémorations de grands disparus que sont…/

--Modibo Keita, Mali…16 Mai 1977

--Thomas Sankara… Burkina Faso…15 Octobre 1987

--Ernesto Guevara…Argentine…9 Octobre 1967

Je suis convaincu que la connaissance du Passé permettrait aux africains de ne pas commettre bien des erreurs dans leurs appréciations des faits et propos de ce monde contemporains…

Je le dis et le confirme que Frantz Fanon et Césaire Aimé, en leur temps ont fait le job, et de mon côté j’ai mouillé le maillot pour faire bouger les lignes…

Et pour compléter ma croisade pédagogique, je vous invite à visiter les pages d’AFCAM dans la rubrique « Haut Comité » qui vous présenteront une synthèse portant sur la géographie, la population et l’Histoire de tous les pays africains, du niveau des élèves en terminal des lycées…

En fait, mon rêve aurait été de conduire un bataillon au combat en terre africaine, dans une vaste révolution qui ne sert pas le chocolat aux lâches et traites, mais avec des fortes probabilités de tomber à la tête de mes hommes, c'est la vie...

Léonce Lebrun

Informations supplémentaires