Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

  

La Race

 

En pleine déferlante mondiale sur la problématique raciale,  le contexte ne pouvait pas être meilleur pour évoquer le concept de Race  que la France seul pays des 193 membres  de l’Organisation des Nations Unies (L’ONU) veut voir disparaitre dans les échanges au quotidien, mais le remplacer par quel  stratagème….

 

Car c’est une prétention outrancière, un acte politique, qui veut avoir des conséquences sur le mode de pensée des Africains et autres  Afro descendants, des populations naïves et fragiles écrasées par leur passé d’esclave et de colonisé.

 

Et pour bien cerner la mentalité des Français de l’Europe du 21è siècle il faut avoir en mémoire quelques figures de l’Histoire qui valent mieux qu’un long discours…

 

… nous sommes en 1814 avec le retour de la  Monarchie sensée avoir disparu depuis Janvier 1793 et Louis XVIII est acclamé par un vibrant…Vive le Roi…

 

…mais un an après, 1815 avec le come-back de Napoléon pour  son retour des 100 jours c’est ce même peuple qui le reçoit au cri délirant de  … Vive l’Empereur…

 

Dès cette époque, on relève donc    une population incohérente dans ses choix, versatile, imprévisible et donc faible.

 

Plus de deux siècles  se sont écoulés, on peut multiplier les contorsions les explications saugrenues venant de tout l’échiquier politique pour obsever que ce mode de pensée relevé en 1815 n’a pas changé d’un yotta…

 

Car comment expliquer qu’en, pleine déferlante raciale au 21è siècle on relève des propos hors sol que sont…

 

Racisme, Noir, Blanc, racisme anti blanc, privilège blanc.

Pour mémoire, le vocabulaire « racisme » scandé de nos jours dans toutes les suces est inapproprié, car aucune communauté humaine dans ce pays n’est menacée de destruction en raison de ses caractéristiques physiques ou religieuses.

 

Par contre ce slogan cache une réalité plus méprisable qui est la discrimination raciale, propre à toutes les couches de la société française (les souchistes) dont sont victimes principalement les Africains les Afro descendants et les populations du Maghreb résidant en France…

 

Et donc revisitons l’Histoire du Monde Nègre et sa descente dans l’enfer de l’humiliation.

 

Nous sommes à la fin du XVe siècle, c’est le début de la découverte de nouveaux territoires, Espagnols , Portugais,  Français,  Britanniques s’installent en pays conquis après avoir massacré les premiers occupants, les Indiens, peuples  indociles et rebelles  au travail de terre.

 

 

Et voilà ces Européens partis à la recherche de remplaçants trouvés dans les populations de la côte occidentale africaine, fragiles naïves inaptes à toute résistance armée, qui feront la traversée de l’Atlantique pour être vendus dans les marchés d’esclaves des Amériques et la Caraïbe.

 

Mais l’apparition du concept de Race verra le jour au XVIII è siècle par les écrits et la pensée de certains écrivains et philosophes français qui établiront un dispositif  tendant  à démontrer    la supériorité du monde occidental et la justification de la traite négrière concernant les Africaines de race Nègre et l’établissement de L’Esclave.

 

Espagnols, Portugais , Britanniques pratiquant une stricte surexploitation des territoires colonisés, les Français iront plus loin en se plaçant dans une domestication ( Code Noir )des esclaves afro descendants, par une politique d’assimilation, au résultat catastrophique pour les personnes tombées dans ce piège infernal du big bang cérébral dont les effets désastreux perdurent de nos jours…

 

… dont les  premiers résultats se présenteront en Mai 1802 avec le rétablissement de L’esclavage à la Guadeloupe, une absente totale de résistance de la population du territoire de 90000 âmes à l’époque, malgré les efforts désespérés d’un  certain Colonel Louis Delgres, d’origine martiniquaise pour s’opposer  au Corps. Expéditionnaire de Napoléon Bonaparte…

 

…Alors  qu’à Saint Domingue (devenu Haïti) les troupes armées sous la conduite d’un Toussaint Louverture et de Jean Jacques Dessalines, arrachaient la victoire et la création de l’Etat haïtien, permière Nation  Nègre à conquérir son indépendance les armes à la main, à compter du Premier Janvier 1804;

 

La suite prochainement.

 

https://www.youtube.com/watch?v=IMKe6QVjT84

Lewis Hamilton 5 

Lewis Carl Davidson Hamilton MBE, né le 7 janvier 1985 à Stevenage dans le Hertfordshire en Angleterre, est un pilote automobile britannique.

Vainqueur du championnat de Formule 3 Euro Series en 2005 puis du championnat de GP2 Series 2006, il a effectué ses débuts en Formule 1 en 2007 au sein de l'écurie McLaren-Mercedes.

En devenant vice-champion du monde dès sa première saison à 1 point de Kimi Räikkönen, puis le 2 novembre 2008, le plus jeune champion du monde de l'histoire de la Formule 1 , il s'est immédiatement imposé comme l'une des stars de la discipline.

Après avoir passé six saisons au sein de l'écurie McLaren, Lewis Hamilton pilote depuis 2013 pour Mercedes Grand Prix.

Les débuts

Lewis Hamilton (son prénom lui a été donné en hommage au célèbre athlète américain Carl Lewis, et son deuxième prénom est d'ailleurs Carl) débute par le karting à l'âge de huit ans et se met rapidement en évidence par son coup de volant.

À neuf ans, il remporte son premier championnat national, ce qui lui vaut d'être invité en fin d'année au dîner de gala organisé par l'hebdomadaire britannique Autosport. À cette occasion, il aborde Ron Dennis, le patron de l'écurie de Formule 1 McLaren et lui confie qu'il aimerait un jour piloter en Formule 1 pour son écurie.

Ron Dennis l'encourage à persévérer et lui promet de suivre attentivement sa carrière. Trois ans plus tard, Ron Dennis lui fait signer un contrat à long terme et accepte de financer sa carrière.

2007 , première saison en Formule 1 chez McLaren

En 2007, Lewis Hamilton rejoint McLaren-Mercedes aux côtés de Fernando Alonso, un tout nouveau duo composant l'écurie anglo-allemande. Dès ses premiers Grands Prix, l'Anglais confirme les espoirs placés en lui.

En Australie, après avoir ponctuellement mené la course, il termine troisième derrière Alonso qui l'a doublé à la faveur du dernier ravitaillement.

En Malaisie, il est deuxième derrière son coéquipier après avoir doublé les deux Ferrari au départ et résisté de manière autoritaire aux attaques de Felipe Massa dans les premiers tours.

Hamilton termine encore second, derrière Felipe Massa, lors de la troisième course de la saison pour le Grand Prix de Bahreïn, devenant ainsi le seul débutant à conquérir trois podiums consécutifs pour ses trois premières courses en championnat.

À l'issue de la course, il est troisième du championnat, à égalité de points avec Fernando Alonso et Kimi Räikkönen. Après une nouvelle seconde place en Espagne, il prend seul la tête du championnat avant d'être rattrapé par Fernando Alonso, vainqueur à Monaco, malgré une nouvelle seconde place obtenue dans les rues de la principauté.

Dès sa sixième course, au Grand Prix du Canada, il obtient la première pole position de sa carrière, et part de la première ligne pour la troisième fois de la saison.

Il remporte la course le lendemain, au terme d'un Grand Prix marqué par l'accident de Robert Kubica et les quatre interventions de la voiture de sécurité.

Il récidive une semaine plus tard, en remportant, sur l'Indianapolis Motor Speedway, le Grand Prix des États-Unis. Après cette deuxième victoire consécutive, il compte dix points d'avance sur son coéquipier Alonso en tête du championnat.

À l'occasion du Grand Prix de France à Magny-Cours, les McLaren sont moins performantes et Ferrari réalise son premier doublé de la saison. Hamilton termine toutefois troisième, accroissant encore son avance sur son coéquipier qui termine septième.

Lors de son Grand Prix national à Silverstone, il arrache la pole position au prix d'une stratégie très agressive qu'il paye le lendemain en course où il réalise l'une de ses prestations les plus effacées depuis le début de saison. Il termine toutefois troisième, décrochant son neuvième podium consécutif.

2008 , Champion du monde

Au mois de février 2008, lors d'essais privés sur le circuit de Catalogne à Barcelone, Lewis Hamilton est victime d'insultes à caractère raciste de la part de spectateurs

Après avoir menacé les autorités sportives espagnoles de sanctions pouvant aller jusqu'à la suppression du calendrier des deux Grands Prix disputés en Espagne si aucune mesure n'est prise pour empêcher que de tels faits se reproduisent, la FIA annonce le lancement d'une campagne intitulée Racing Against Racism.

Le Président de la FIA, Max Mosley, révèle par ailleurs qu'Hamilton a déjà été victime d'insultes racistes fin 2007 à l'occasion du Grand Prix de Chine, et déjà en provenance de supporters espagnols de Fernando Alonso

La saison 2008 commence en fanfare en Australie pour Lewis Hamilton : auteur de la pole position le samedi, il remporte la course et est le premier leader du championnat du monde.

Victime d'un souci au moment de son ravitaillement en Malaisie, il se classe cinquième avant de terminer hors des points à Bahreïn, après avoir légèrement décollé sur la Renault de Fernando Alonso.

En Espagne, il monte sur la troisième marche du podium mais perd la première place du championnat au profit de Räikkönen. Il termine second du Grand Prix de Turquie en étant seul parmi les favoris à utiliser une stratégie à trois arrêts ravitaillement.

Sous la pluie, à Monaco, il tape le rail mais rejoint son stand et remporte l'épreuve, utilisant à son avantage les différentes sorties de la voiture de sécurité.

Parti de la pole position au Canada, il percute Kimi Räikkönen, immobilisé à cause du feu rouge dans la voie des stands.

Pénalisé d'un recul de dix places sur la grille de départ du Grand Prix de France pour cet incident, il se classe dixième et est à nouveau pénalisé pour avoir court-circuité une chicane en dépassant Sébastien Bourdais.

Quinze jours plus tard, il domine et remporte le Grand Prix de Grande-Bretagne dans des conditions dantesques, devenant le premier Anglais à remporter cette course depuis Johnny Herbert en 1995. Il reprend la tête du championnat à égalité avec Felipe Massa et Räikkönen.

Il réitère sa performance en Allemagne après avoir réalisé une nouvelle pole position. À nouveau premier sur la grille de départ du Grand Prix de Hongrie, il est dépassé au premier virage par Massa qui s'affirme comme étant son principal adversaire au championnat du monde.

Il est victime d'une crevaison au cours de la course qu'il finit à la cinquième place mais augmente son avance au championnat car le Brésilien, qui a survolé l'épreuve, abandonne à trois tours de l'arrivée sur casse mécanique.

Celui-ci prend sa revanche au Grand Prix d'Europe à Valence et remporte la course, Hamilton terminant second.

Longtemps deuxième derrière Räikkönen au Grand Prix de Belgique, il profite de l'apparition de la pluie en fin de course pour attaquer le Finlandais mais est sanctionné par une pénalité de vingt-cinq secondes après avoir franchi la ligne d'arrivée en vainqueur pour avoir court-circuité une chicane.

Il se classe finalement troisième derrière Nick Heidfeld et Felipe Massa, vainqueur sur tapis vert. En Italie, il est piégé par les conditions climatiques et ne se qualifie qu'en quinzième position.

En course, il remonte à la septième place, juste derrière le Brésilien, et conserve un point d'avance sur lui au championnat du monde.

À Singapour, il termine troisième derrière Fernando Alonso et Nico Rosberg et accentue son avance au championnat à sept points, Felipe Massa terminant hors des points.

Au Japon, Hamilton se qualifie en pole position mais est pénalisé pour son freinage discutable au premier virage et termine hors des points d'une course remportée par Alonso.

Son avance au championnat se réduit à cinq points, son adversaire ne terminant qu'à la septième place, ayant été pénalisé pour l'avoir percuté.

Une semaine plus tard, Hamilton survole le Grand Prix de Chine qu'il remporte après être parti de la pole position. Massa termine deuxième et Hamilton aborde la dernière manche du championnat, le Grand Prix du Brésil, avec à nouveau sept points d'avance au championnat.

Parti quatrième, il occupe une longue partie de la course la cinquième place qui lui permet mathématiquement de remporter le championnat du monde.

À la suite d'une averse dans les derniers tours, comme la majorité des pilotes, il s'arrête aux stands pour changer de pneus.

Reparti cinquième, derrière Massa, Alonso, Räikkönen et Timo Glock, ce dernier ayant fait le pari de rester en piste avec des pneus pour piste sèche, il est dépassé par Sebastian Vettel.

Massa remporte la course mais, dans le dernier virage, Hamilton dépasse Glock en difficulté avec ses pneus secs et récupère la cinquième place qui lui permet de devenir, à 23 ans, 9 mois et 26 jours, le plus jeune champion du monde de l'histoire de la Formule 1. 

Informations supplémentaires

viagra bitcoin buy