Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

  

La Race

 

En pleine déferlante mondiale sur la problématique raciale,  le contexte ne pouvait pas être meilleur pour évoquer le concept de Race  que la France seul pays des 193 membres  de l’Organisation des Nations Unies (L’ONU) veut voir disparaitre dans les échanges au quotidien, mais le remplacer par quel  stratagème….

 

Car c’est une prétention outrancière, un acte politique, qui veut avoir des conséquences sur le mode de pensée des Africains et autres  Afro descendants, des populations naïves et fragiles écrasées par leur passé d’esclave et de colonisé.

 

Et pour bien cerner la mentalité des Français de l’Europe du 21è siècle il faut avoir en mémoire quelques figures de l’Histoire qui valent mieux qu’un long discours…

 

… nous sommes en 1814 avec le retour de la  Monarchie sensée avoir disparu depuis Janvier 1793 et Louis XVIII est acclamé par un vibrant…Vive le Roi…

 

…mais un an après, 1815 avec le come-back de Napoléon pour  son retour des 100 jours c’est ce même peuple qui le reçoit au cri délirant de  … Vive l’Empereur…

 

Dès cette époque, on relève donc    une population incohérente dans ses choix, versatile, imprévisible et donc faible.

 

Plus de deux siècles  se sont écoulés, on peut multiplier les contorsions les explications saugrenues venant de tout l’échiquier politique pour obsever que ce mode de pensée relevé en 1815 n’a pas changé d’un yotta…

 

Car comment expliquer qu’en, pleine déferlante raciale au 21è siècle on relève des propos hors sol que sont…

 

Racisme, Noir, Blanc, racisme anti blanc, privilège blanc.

Pour mémoire, le vocabulaire « racisme » scandé de nos jours dans toutes les suces est inapproprié, car aucune communauté humaine dans ce pays n’est menacée de destruction en raison de ses caractéristiques physiques ou religieuses.

 

Par contre ce slogan cache une réalité plus méprisable qui est la discrimination raciale, propre à toutes les couches de la société française (les souchistes) dont sont victimes principalement les Africains les Afro descendants et les populations du Maghreb résidant en France…

 

Et donc revisitons l’Histoire du Monde Nègre et sa descente dans l’enfer de l’humiliation.

 

Nous sommes à la fin du XVe siècle, c’est le début de la découverte de nouveaux territoires, Espagnols , Portugais,  Français,  Britanniques s’installent en pays conquis après avoir massacré les premiers occupants, les Indiens, peuples  indociles et rebelles  au travail de terre.

 

 

Et voilà ces Européens partis à la recherche de remplaçants trouvés dans les populations de la côte occidentale africaine, fragiles naïves inaptes à toute résistance armée, qui feront la traversée de l’Atlantique pour être vendus dans les marchés d’esclaves des Amériques et la Caraïbe.

 

Mais l’apparition du concept de Race verra le jour au XVIII è siècle par les écrits et la pensée de certains écrivains et philosophes français qui établiront un dispositif  tendant  à démontrer  la supériorité du monde occidental et la justification de la traite négrière concernant les Africaines de race Nègre et l’établissement de L’Esclave.

 

Espagnols, Portugais , Britanniques pratiquant une stricte surexploitation des territoires colonisés, les Français iront plus loin en se plaçant dans une domestication ( Code Noir )des esclaves afro descendants...

 

...par une politique d’assimilation, au résultat catastrophique pour les personnes tombées dans ce piège infernal du big bang cérébral dont les effets désastreux perdurent de nos jours…

 

… dont les  premiers résultats se présenteront en Mai 1802 avec le rétablissement de L’Esclavage à la Guadeloupe...

 

...une absente totale de résistance de la population du territoire de 90000 âmes à l’époque...

 

...malgré les efforts désespérés d’un  certain Colonel Louis Delgres, d’origine martiniquaise pour s’opposer  au Corps. Expéditionnaire de Napoléon Bonaparte…

 

…Alors  qu’à Saint Domingue (devenu Haïti) les troupes armées sous la conduite d’un Toussaint Louverture et de Jean Jacques Dessalines,...

 

...arrachaient la victoire et la création de l’Etat haïtien, permière Nation  Nègre à conquérir son indépendance les armes à la main, à compter du Premier Janvier 1804.

 

La suite prochainement.

 

https://www.youtube.com/watch?v=IMKe6QVjT84

Bilan et conclusions sur ces premières Assises

 

 

Ce ne fut pas une partie de plaisir….

 

Désorganisée, sans perspective l’Emigration dit outre mer n’avait aucune chance de jouer un rôle en terme de représentativité et d’espoir dans l’avenir pour nos compatriotes qui ont laissé leur terre natale lointaine  à la recherche de meilleures conditions d’emploi de logement  et de vie…

 

Sur la base de cette réflexion, il fallait agir et saisir une opportunité historique pour mettre en place un dispositif nous permettant un positionnement visible, dans une société qui avance à coup de rapport de force…

 

Le contexte était trouvé avec la commémoration prochaine du 145è anniversaire de la fin de l’Esclavage sur nos territoires respectifs.

 

Je mis donc dans le bain une équipe, dans le cadre de la vie associative, pour mener  à bien les préparatifs de l’Evénement prévu pour Juin 1993, avec l’ambition de lui donner  une dimension nationale, par l’invitation en terre lyonnaise des associations caribéennes, guyanaises et réunionnaises regroupées par région.

 

Ce fut les premières Assises nationales des Associations Outre Mer fixées les  11, 12, et 13 Juin 1993, à l’occasion desquelles suivant une stratégie d’avant-garde, l’équipe de bénévoles suivant mes indications accomplit en aval une mission dans un esprit remarquable, avec le soutien totale de la Ville de Lyon et son Maire de l’époque, sur le plan logistique et l’apport financier.

 

Il convient de souligner une absence totale des associations outre mer de Lyon, qui sont passées à côté de la dimension politique et culturelle de ces assises pour des motifs que l’éthique ne me permet pas d’évoquer, mais que les personnes averties subodorent, connaissant les mentalités spécifiques.

 

 

Néanmoins les 11, 12 et 13 Juin 1993, une centaines de personnes étaient présentes à Lyon, membres de 15 associations, couvrant 12 régions, reçues dans des dignes conditions, de restauration et d’hébergement.

 

Dès le 11 Juin, une première assemblée générale extraordinaire, conquise au principe des représentations régionales et nationale, approuva à l’unanimité les statuts des Fédérations d’Associations Outre mer FAOM- et du Haut Comité de l’Emigration, une satisfaction acquise, dont c’était pour moi l’Objectif essentiel de ces Assises.

 

Je ne m’attarderai pas sur le non respect de contrat de service d’un orchestre caribéen, le 13 Juin qui a plongé l’Organisation dans des difficultés financières, couvertes fort à propos par les rentrées des subventions, à hauteur de 175 000 F pour couvrir un budget en équilibre ,  ni même mes fatigues consécutives à ces longues périodes de préparation, pour souligner le succès total de ces premières assisses, salué à juste titre par Monsieur le Maire de Lyon.

 

Mais que sont devenues des applications concrètes sur le terrain des structures associatives approuvées par les Assises et là s’arrête mon optimisme sur l’avenir…

 

Car si la Région de Paris  a mis en place un dispositif répondant aux ambitions des Assises, pour le reste, c’est du néant…

 

 Ce qui revient à la conclusion que les textes sont nécessaires à la condition de l’implication de femmes et des hommes à la hauteur de leur exécution avec intelligence et un sens certain des responsabilités.

 

Léonce LEBRUN

Président du CIRPAN(1)

(1)Comité inter régional pour la préparation des Assises Nationales

 

Informations supplémentaires

viagra bitcoin buy