MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Le Communautarisme

 

Pour qui sonne le glas, ce titre  de l’excellent roman de feu Ernest Emilegay,brillant écrivain  américano -cubain qui nous a projeté dans l’enfer de le guerre civile espagnole -1936-1939, gagnée par les nationaliste, que le 20ème siècle a connue depuis la guerre de cessession américaine de 1860 à1865 remportée par les yankee du Nord…

 

et si nous ne prenons pas garde  ,un tel scénario catastrophe n’est pas exclu à terme en terre française de l’Europe…

 

…car depuis quelque temps nous assistons à un déchainent de comportements  et de propos qui frisent l’intolérance, rapportés sans discernement par des média affidés au Pouvoir en place…

 

… des adversaires politiques sont traités comme des ennemis de la République…

 

… bref, silence dans les rangs, on ne veut voir qu’une seule tête, aucune opposition n’est tolérée…

 

…les races n’existent pas (version française) mais dans les médias on insiste particulièrement sur l’aspect physique de certaines personnes, l’écrivain « noir » l’avocat « noir » l’artiste « noir » pour sans doute marquer la différence, une supériorité supposée de l’indo européen …pitoyable…

 

…allons donc, que l’on cesse  de considérer  les Africains et autres afrodescendants comme des zombis …

 

… et voilà  qu’après avoir dénié aux masses le droit de contester la gouvernance de minorités privilégiées, en les refoulant dans une opposition insultante dite populiste…

 

… on ne reconnait pas  le droit à certaines minorités ethniques de se regrouper pour échapper dans ce pays, avec un climat d’arrogance et d’intolérance, en les cantonnant dans le concept de communautarisme

 

mais au fait de quoi s’agit-il….

 

 …immigration, communautarisme insécurité …

 

 …un triptyque  inconcevable et inacceptable dans une Société, une  Nation de civilisation...

 

wwwxxxwwwxxxwwwxxx la suite , prochainement 

 

La construction du concept de Racisme

 

La réduction d'un être humain à l'état  d'outil animé  selon la définition d'Aristote de l'esclave, n'a jamais été de soi.

La littérature qui décrit les esclaves comme des êtres incultes, incapables, sauvages, voleurs, débauchés, dangereux,  est fort abondante tant dans l'antiquité que dans la période moderne.

Elle n'avait qu'un seul but, celui de justifier l'inqualifiable commerce, de donner des fondements moraux à  l'institution particulière  selon l'euphémisme utilisé dans les Etats sudistes pour désigner l'Esclavage.

Aux U.S.A., les esclavagistes iront plus loin que la calomnie, ils construiront un véritable système philosophique du racisme dont l'élaboration prendra appui sur la Bible ,malédiction de Cham par Noé dans le livre de la genèse.

Sur une vision apocalyptique de l'Afrique, sauvage et cannibale, et sur la recherche frénétique dans une science biologique balbutiante des différences de nature entre européens et nègres en vue d'établir une altérité irréductible des nègres.

L'idéologie raciste américaine peut se résumer ainsi --Philippe Paraire-- -- Les Nègres américains-- 
 Il existe à l'intérieur de la race humaine des différences de nature , ces distinctions physiques, intellectuelles et de tempérament ont un caractère irréductible, précisément parce qu'elles sont de nature biologique.

Elles sont le produit d'une adaptation inégalement réussie au milieu. L'infériorité des nègres constitue l'une de ces différences

- Pour des raisons de préservation des qualités biologiques acquises par les races supérieures, le métissage est à proscrire.

Il est nocif biologiquement et totalement improductif , le produit du métissage est un être dégradé plus marqué par l'élément inférieur du mélange, comme le prouve la domination des caractères ethniques négroïdes qui l'emportent sur le caractère européen.

- L'avenir des Nègres est donc la subordination et l'exclusion de la communauté raciale européenne, qui doit préserver son homogénéité.

Cette idéologie raciste justifiera l'Esclavage puis le système ségrégationniste américain qui durera un siècle et s'achèvera par la victoire du mouvement des droits civiques et la promulgation en 1964-1965 du Civic Right Act impulsé par le président Lyndon Johnson.

Cette loi exclut définitivement toutes les discriminations de caractère racial.

Mais cette idéologie en phase avec la constitution d'empires coloniaux par les puissances européennes, s'étendra à bien d'autres pays ,Afrique du Sud, Allemagne hitlérienne,  et n'est pas complètement morte.

Elle réapparaît encore aujourd'hui dans des discours d'hommes politiques, y compris en France.

Les révoltes dans la Caraïbe

Informations supplémentaires