Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

  

La Race

 

En pleine déferlante mondiale sur la problématique raciale,  le contexte ne pouvait pas être meilleur pour évoquer le concept de Race  que la France seul pays des 193 membres  de l’Organisation des Nations Unies (L’ONU) veut voir disparaitre dans les échanges au quotidien, mais le remplacer par quel  stratagème….

 

Car c’est une prétention outrancière, un acte politique, qui veut avoir des conséquences sur le mode de pensée des Africains et autres  Afro descendants, des populations naïves et fragiles écrasées par leur passé d’esclave et de colonisé.

 

Et pour bien cerner la mentalité des Français de l’Europe du 21è siècle il faut avoir en mémoire quelques figures de l’Histoire qui valent mieux qu’un long discours…

 

… nous sommes en 1814 avec le retour de la  Monarchie sensée avoir disparu depuis Janvier 1793 et Louis XVIII est acclamé par un vibrant…Vive le Roi…

 

…mais un an après, 1815 avec le come-back de Napoléon pour  son retour des 100 jours c’est ce même peuple qui le reçoit au cri délirant de  … Vive l’Empereur…

 

Dès cette époque, on relève donc    une population incohérente dans ses choix, versatile, imprévisible et donc faible.

 

Plus de deux siècles  se sont écoulés, on peut multiplier les contorsions les explications saugrenues venant de tout l’échiquier politique pour obsever que ce mode de pensée relevé en 1815 n’a pas changé d’un yotta…

 

Car comment expliquer qu’en, pleine déferlante raciale au 21è siècle on relève des propos hors sol que sont…

 

Racisme, Noir, Blanc, racisme anti blanc, privilège blanc.

Pour mémoire, le vocabulaire « racisme » scandé de nos jours dans toutes les suces est inapproprié, car aucune communauté humaine dans ce pays n’est menacée de destruction en raison de ses caractéristiques physiques ou religieuses.

 

Par contre ce slogan cache une réalité plus méprisable qui est la discrimination raciale, propre à toutes les couches de la société française (les souchistes) dont sont victimes principalement les Africains les Afro descendants et les populations du Maghreb résidant en France…

 

Et donc revisitons l’Histoire du Monde Nègre et sa descente dans l’enfer de l’humiliation.

 

Nous sommes à la fin du XVe siècle, c’est le début de la découverte de nouveaux territoires, Espagnols , Portugais,  Français,  Britanniques s’installent en pays conquis après avoir massacré les premiers occupants, les Indiens, peuples  indociles et rebelles  au travail de terre.

 

 

Et voilà ces Européens partis à la recherche de remplaçants trouvés dans les populations de la côte occidentale africaine, fragiles naïves inaptes à toute résistance armée, qui feront la traversée de l’Atlantique pour être vendus dans les marchés d’esclaves des Amériques et la Caraïbe.

 

Mais l’apparition du concept de Race verra le jour au XVIII è siècle par les écrits et la pensée de certains écrivains et philosophes français qui établiront un dispositif  tendant  à démontrer  la supériorité du monde occidental et la justification de la traite négrière concernant les Africaines de race Nègre et l’établissement de L’Esclave.

 

Espagnols, Portugais , Britanniques pratiquant une stricte surexploitation des territoires colonisés, les Français iront plus loin en se plaçant dans une domestication ( Code Noir )des esclaves afro descendants...

 

...par une politique d’assimilation, au résultat catastrophique pour les personnes tombées dans ce piège infernal du big bang cérébral dont les effets désastreux perdurent de nos jours…

 

… dont les  premiers résultats se présenteront en Mai 1802 avec le rétablissement de L’Esclavage à la Guadeloupe...

 

...une absente totale de résistance de la population du territoire de 90000 âmes à l’époque...

 

...malgré les efforts désespérés d’un  certain Colonel Louis Delgres, d’origine martiniquaise pour s’opposer  au Corps. Expéditionnaire de Napoléon Bonaparte…

 

…Alors  qu’à Saint Domingue (devenu Haïti) les troupes armées sous la conduite d’un Toussaint Louverture et de Jean Jacques Dessalines,...

 

...arrachaient la victoire et la création de l’Etat haïtien, permière Nation  Nègre à conquérir son indépendance les armes à la main, à compter du Premier Janvier 1804.

 

La suite prochainement.

 

https://www.youtube.com/watch?v=IMKe6QVjT84

Environnement Naturel

 

L'Amérique du Nord a vaguement la forme d'un triangle dont la base serait la partie septentrionale. Sa masse occupe en grande partie les latitudes moyennes, avec une partie considérable au nord du cercle polaire Arctique et une partie plus petite au sud du tropique du Cancer.

Ce continent s'étire d'est en ouest sur près de 176° de longitude, de la longitude 12° ouest, à Nordost Rundingen ,pointe Nord-Ouest, au nord-est du Groenland, jusqu'à la longitude 172° est environ, à l'extrémité occidentale de l'île Attu, en Alaska.

Elle s'étend du nord au sud sur quelque 69°, de la latitude 83° nord, au cap Morris Jesup à l'est du Groenland, à la latitude 14° nord environ, dans le sud du Mexique.

L'Amérique du Nord est bordée au nord par l'océan Arctique, à l'est par l'océan Atlantique, au sud par le golfe duMexique, l'Amérique centrale et l'océan Pacifique, et à l'ouest par l'océan Pacifique. Cette masse continentale couvre environ 23,5 millions de kilomètres carrés.


Les côtes de
l'Amérique du Nord sont extrêmement irrégulières!; il existe quelques longues étendues côtières relativement régulières, mais, à plusieurs endroits, la côte est fortement dentelée, avec de nombreuses baies et de grandes îles au large.

La masse continentale présente trois grandes baies : la baie d'Hudson au nord-est, le golfe du Mexique au sud-est et le golfe d'Alaska au nord-ouest.

Il existe de nombreuses petites îles au large des côtes est et ouest, mais les îles les plus grandes se situent dans l'extrême nord.


Population

Jusqu'à une époque relativement récente, lesÉtats-Unis sont restés peu peuplés. Quant au Canada, la densité de la population y reste encore faible.

À l'exception des habitants des territoires centraux du Mexique (les plateaux et les vallées autour de l'actuelle ville de Mexico, les peuples de l'Amérique du Nord étaient dispersés et présentaient des cultures variées.

La colonisation de l'Amérique du Nord par les Européens transforma presque totalement sa géographie humaine, les Européens décimèrent et déplacèrent les Indiens, altérant de manière significative leur mode de vie. La population contemporaine d'Amérique du Nord est en majorité de descendance européenne.

Au moins 35 p. 100 des habitants du Canada ont des ancêtres originaires des îles britanniques et un quart de la population est de descendance française!; ces derniers se concentrent principalement au Québec.

Le pays compte également une importante population d'origine allemande, italienne, polonaise, ukrainienne, chinoise, néerlandaise et scandinave.

La population des États-Unis est plus diversifiée que celle du Canada. En 1990, la population de descendance anglo- irlandaise formait le groupe le plus important, représentant approximativement 29 p. 100 des habitants du pays.

Les Noirs, dont les racines sont en Afrique, constituent environ 12 p. 100 de la population, les Allemands environ 23 p. 100 et les populations hispaniques près de 9 p. 100.

Le pays compte également une importante population de descendance italienne, polonaise, française, russe, néerlandaise et scandinave. Les habitants d'origine asiatique ,en premier lieu des Japonais, des Chinois, des Philippins, des Indiens d'Asie, des Coréens et des Vietnamiens , constituent environ 2,9 p. 100 de la population des États-Unis  mais, depuis les années 1970, le nombre des Asiatiques a augmenté de manière significative en raison de l'immigration.


Les Indiens d'Amérique et les Inuits ,Eskimos, sont environ 1,8 million aux
États-Unis et approximativement 400 000 au Canada.

On pense que les ancêtres des Indiens d'Amérique migrèrent, il y a 30 000 ans, de l'Asie vers l'Amérique du Nord en passant par un isthme, qui, à l'époque préhistorique, traversait l'actuel détroit de Béring, au large de l'Alaska, et que les ancêtres des Inuits arrivèrent d'Asie par bateau il y a quelque 6 000 ans. Près de 30 000 inuits vivent au Groenland.


Environ 55 p. 100 de la population mexicaine sont des métis descendant d'Indiens d'Amérique et d'Européens (principalement des espagnols). Approximativement 30 p. 100 de ces habitants sont de descendance indienne et quelque 15 p. 100 sont de descendance européenne.


En 1990, les
États-Unis comptaient 248 709 873 habitants, le Mexique 84 275 000 habitants ,estimation de 1989, le Canada 27 296 859 habitants (1991) et le Groenland 55 400 habitants ,estimation de 1989.

La majorité de la population se concentre dans la moitié orientale des États-Unis et des régions adjacentes de l'Ontario et du Québec, sur la côte pacifique américaine et sur le plateau central du Mexique.

Au début des années 1980, près de 80 p. 100 des habitants du Canada, des États- Unis et du Groenland vivaient dans les villes, ainsi que 70 p. 100 des mexicains.

Les principales agglomérations se situent sur la côte atlantique des États-Unis, de Boston à Washington, dans la vallée du Saint-Laurent ,autour de Montréal, autour des lacs Érié et Ontario, à l'extrémité méridionale du lac Michigan, dans le nord et le sud de la Californie et dans Mexico et sa proche banlieue.

Les plus grandes villes sont Mexico, Guadalajara et Monterrey, au Mexique; New York, Los Angeles, Chicago, Houston, Philadelphie, San Francisco et San Diego, aux États- Unis, Toronto, Montréal, Vancouver, Ottawa et Edmonton, au Canada

Hormis les zones métropolitaines, la plus grande partie de l'Amérique du Nord est peu ou modérément peuplée. Au Mexique, la densité démographique globale est de 43 habitants au km2, aux États-Unis, elle est d'environ 72,2 habitants au km2 et, au Canada, elle est de 2,6 habitants au km2. La grande majorité des canadiens se concentrent sur une étroite bande longeant la frontière sud.


Au
Canada, comme aux États-Unis, le taux d'accroissement de la population est en déclin depuis les années 1950. La population canadienne augmentait de 1 p. 100 par an de 1980 à 1987, alors que la croissance annuelle des États-Unis était également de 1 p. 100 et celle du Groenland de 1,2 p. 100.

Le Mexique, par contre, a un des taux de croissance démographique les plus élevés avec 2,2 p. 100 par an et son taux de natalité (environ 30 naissances sur 1 000 en 1989) est environ deux fois plus élevé que ceux du reste de l'Amérique du Nord. Le taux de natalité brut était de 6 sur 1 000 au Mexique, de 7 sur 1 000 au Canada et de 9 sur 1 000 aux États- Unis.


La population de
l'Amérique du Nord est donc principalement issue de l'immigration. La grande vague commença en 1840 pour culminer au début du XXe siècle.

Au XIXe siècle, les immigrants provenaient surtout de l'Europe de l'Ouest, et notamment de Grande-Bretagne et d'Irlande!; au début du XXe siècle, ils venaient des pays d'Europe centrale et méditerranéenne. La déportation de Noirs d'Afrique se poursuivit jusqu'à la guerre de Sécession.


Des lois qui limitaient l'immigration ont été votées à partir de 1921, elles instituèrent des quotas d'entrée pour chaque nationalité. Les migrations internes restent importantes.

La mobilité des habitants est assez élevée aux États-Unis, où la croissance de la population des états du Sud et surtout de l'Ouest a été très forte ces dernières décennies.

 

Langues et religions

Informations supplémentaires

viagra bitcoin buy