Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

  

La Race( suite)

 

Ce grand défi est de comparer sur la toile le sort réservé en France  à deux sœurs jumelles, Race etReligion...dont l’une, La Race a été placée au banc des accusés comme responsable des « coup de sang raciaux «  périodiques que connait ce pays depuis quelques années

 

Oui mais s’agissant de la mouvance musulmane, on ne peut exclure la politique française  partisane, au Moyen orient, les coups bas de l’Etat hébreu au regard de la Palestine en devenir, la destruction de la Libye en 2011 dont la France était en pôle position, une ingérence manifeste depuis 2012 en Syrie dont on voit mal la fin de ce conflit.

 

Bref, dans toute manifestation violente au sein de  la Société il  faut  établir les causes consécutives à une diplomatie de la petite semaine  et dénoncer avec force les vrais responsables.

 

Cela  dit pourquoi la problématique raciale a pris une telle proportion en France alors qu’en Europe les pays à démocratie comparable bénéficient d’une paix sociale apaisée.

 

Et nous sommes en ce jour historique du 7 Janvier 2015 …

 

…un attentat est un acte de guerre à carctère politique, conduit par des militants cultivés, motivés.

 

… l’opération est préparée longtemps à l’avance, et au jour convenu les choses se passent sans bavure, et les hommes  disparaissent ne laissant aucune trace de leur mission.

 

Or en ce 7 Janvier avec l’attaque de l’imprimerie « Charly Bebdo » nous avons eu affaire à une petite bande de  dégénénés, choisis au hasard  pour un mauvais coup, sans doute drogués, qui restent dans les parages proches, pour être « logés » rapidement et tués par les forces de police…

 

….qu’un jour l’Histoire nous révelera les commanditaires.

 

 Car ces hommes n’avaiet pas le profil de soldat, d’homme de guerre, mais manipulés pour tuer.

 

Et du reste les politiciens au Pouvoir sont tombés dans le piège par naïveté ou imcompétence pour hurler au Monde entier que « la France était victime d’un   odieux attentat »…

 

…invitant tous « les grands de la Planète »  à une marche à Paris le 11 Janvier 2015, pour la défense de la «  liberté d’expression »,un abus  de la vision des réalités, car seuls quelques rares médias non affidés usesnt avec parcimonie de ce privilège.

 

Par contre l’ancien Président améridain a décliné cette invitation ne voulant sans doute pa s’acssocier à cette  mascarde.

 

Mais des dirigeants africains étaient bien présents en nombre une bonne quinzaine en tête du cortège, venus remercier «  buana » l’impérialiste de l'Occident pour son soutien à ces 3èmes mandats, ou à la modification permanente de leur constitution à des fins  de mauvaises gouvernance. ces crétins de négrillons…

 

…ah la bonne affaire qui politiquement ine finé , na pas payé.

 

Mais les premières personnes visées par ces évènements tragiques furent les communautés musulmanes, affublées de tous les péchés d’Israel.

 

En fait ce n’est pas le seul but recherché par ces despérados, car le mode opératoire par la suite, des citoyens agressés mortellement tout à fait anonymes, indique sans doute que certains veulent installer dans la pays un climat de peur et de terreur pour renversr les institutions de la République.

 

Sur cette dernière hypothèse on peut avancer que ces ennemis invisibles ont gagné, face à un peuple déjà plongé dans la peur qui a accepté sans résistance une décision illégales, autoritaire d'un long confinement sanitaire …

 

… et en sas d’une guerre civile ou un coup d’Etat  militaire je ne pense pas que les citoyens seraient traversés par un sentiment de révolte face à l’adversité …

 

…l’avenir nous le dira…

 

 

Et voila q’un groupe  du nom « des identitaires », jette le masque en faisant état de concepts, « racisme anti blanc  anti francais » et « privilège blanc »inconnus jusqu’alors dans les échanges de la société civile.

 

La suite prochainement

 

 Déja 10 ans Patrick est parti vers d'autres cieux...

https://www.youtube.com/watch?v=abw9sBMFBdM&list=RDabw9sBMFBdM&start_radio=1

 

En droit

 

1/- Considérant que l'article 6c du Statut du Tribunal Militaire International de Nuremberg dispose :

" Les actes suivants, ou l'un quelconque d'entre eux, sont des crimes soumis à la juridiction du Tribunal et entraînent une responsabilité individuelle :

c/ Les crimes contre l'Humanité : c'est-à-dire l'assassinat, l'extermination, la réduction en esclavage, la déportation, et tout autre acte inhumain commis contre toutes populations civiles, avant ou pendant la guerre, ou bien les persécutions pour des motifs politiques, raciaux ou religieux.

Lorsque ces actes ou persécutions qu'ils aient constitué ou non une violation du droit interne du pays où ils ont été perpétrés ont été commis à la suite de tout crime rentrant dans la compétence du Tribunal ou en liaison avec ce crime.

Les dirigeants, organisateurs, provocateurs ou complices qui ont pris part à l'élaboration ou à l'exécution d'un plan concerté ou d'un complot pour commettre l'un quelconque des crimes ci-dessus définis sont responsables de tous les actes accomplis par toutes personnes en exécution de ce plan ".

Considérant que la Convention du 9 décembre 1948 de l'AG de l'O.N.U. dispose :

" Reconnaissant qu'à toutes les périodes de l'histoire, le génocide a infligé de grandes pertes à l'Humanité ;

Convaincus que pour libérer l'Humanité d'un fléau aussi odieux, la coopération internationale est nécessaire ;

Art. 1er - Les parties contractantes confirment que le génocide, qu'il soit commis en temps de paix ou en temps de guerre, est un Crime du droit des gens, qu'elles s'engagent à prévenir et à punir.

Art. 2 - Dans la présente convention, le génocide s'entend de l'un quelconque des actes ci-après, commis dans l'intention de détruire, en tout ou partie un groupe national, ethnique, racial ou religieux, comme tel :

a) Meurtre de membres du groupe ;
b) Atteinte grave à l'intégrité physique ou mentale des membres du groupe ;
c) Soumission intentionnelle du groupe à des conditions d'existence devant entraîner sa destruction physique totale ou partielle ;
d) Mesures visant à entraver les naissances au sein du groupe ;
e) Transfert forcé d'enfants du groupe à un autre groupe.

Art. 3 - Seront punis les actes suivants :

a) Le génocide ;
b) L'entente en vue de commettre le génocide ;
c) L'incitation directe et publique à commettre le génocide ;
d) La tentative de génocide ;
e) La complicité dans le génocide.

Art. 4 - Les personnes ayant commis le génocide ou l'un quelconque des autres actes énumérés à l'article 3 seront punies, qu'elles soient des gouvernants, des fonctionnaires ou des particuliers.

Considérant que l'article unique de la loi française du 24 décembre 1964, dispose :

" Les Crimes contre l'Humanité tels qu'ils sont définis par la résolution des Nations Unies du 13 février 1946, prenant acte de la définition des Crimes contre l'Humanité, telle qu'elle figure dans la Charte du Tribunal International du 8 août 1945, sont imprescriptibles par leur nature ".

Considérant que l'article 212-1 du Nouveau Code Pénal Français, dispose :

" La déportation, la réduction en esclavage ou la pratique massive et systématique d'exécutions sommaires, d'enlèvement de personnes suivies de leur disparition, de la torture ou d'acte inhumains, inspirées par des motifs politiques, philosophiques, raciaux ou religieux et organisées en exécution d'un plan concerté à l'encontre d'un groupe de population civile sont punies de la réclusion criminelle à perpétuité ".

II - Considérant qu'il résulte de la jurisprudence de la Cour de Cassation Française que les responsables des Crimes ci-dessus incriminés ne sauraient, pour tenter de s'exonérer, " se prévaloir, ni de l'ordre, ni de l'autorité de la loi, l'illégalité d'un ordre de l'autorité légitime en matière de Crime contre l'Humanité étant toujours manifeste " (cf. arrêt PAPON).

Considérant que les responsables ne sauraient " davantage invoquer la contrainte, les menaces de représailles, celles-ci " n'ayant jamais été d'une intensité de nature à abolir le libre arbitre " (cf. arrêt PAPON).

Considérant qu'il faut et qu'il suffit de constater que " les arrestations et séquestrations, ainsi que les transferts massifs de personnes en vue de leur déportation ", " ont eu pour victimes des personnes choisies en raison de leur appartenance à la race noire " (cf., arrêt PAPON).

Considérant que les responsables ont apporté leur " concours actif ", " en connaissance de cause " par leurs " agissements personnels à l'exécution de faits criminels " et qui " s'inscrivaient dans le cadre d'un plan concert " (cf. arrêt PAPON).

Considérant que la Cour de Cassation après avoir énoncé que la loi n° 64-1326 du 26 décembre 1964 " procède nécessairement du texte international " le Statut de NUREMBERG art. 6c) sur lequel elle s'articule expressément, a estimé que cette loi s'était " bornée à confirmer qu'elle était déjà acquise en droit interne, par l'effet des accords internationaux auxquels la France avait adhéré, l'intégration à la fois de l'incrimination dont s'agit et de l'imprescriptibilité de ces faits " (cf. 2ème arrêt BARBIE).

Considérant que l'O.N.U. a décidé l'institution d'un Tribunal International siégeant à La Haye afin de juger les Crimes commis en ex- Yougoslavie et au Rwanda sur le fondement des incriminations suivantes :

- Le génocide tel qu'il est défini par l'article 2 de la Convention des Nations Unies du 9 novembre 1978 (cf. ci-dessus) ;
- Les Crimes contre l'Humanité dans leur définition issue de l'article 6c) du Statut du Tribunal de Nuremberg (cf. ci- dessus).

Considérant en conséquence que le Soussigné et ses Mandants, sollicitent donc que le Tribunal International de La Haye soit saisi afin de faire condamner pour Crime contre l'Humanité la déportation et la réduction en esclavage, suivies de tortures ou d'actes inhumains, de groupes de populations civiles de race Nègre, du début du XVIème jusqu'au XIXème siècles, organisées en exécution d'un plan concerté, résultant d'un commerce international dit " triangulaire " et d'un système d'exploitation économico-politique dit " colonialisme ", perpétrés par des Etats et des Individus.

 Les faits

Informations supplémentaires

viagra bitcoin buy