Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

  

La Race

 

En pleine déferlante mondiale sur la problématique raciale,  le contexte ne pouvait pas être meilleur pour évoquer le concept de Race  que la France seul pays des 193 membres  de l’Organisation des Nations Unies (L’ONU) veut voir disparaitre dans les échanges au quotidien, mais le remplacer par quel  stratagème….

 

Car c’est une prétention outrancière, un acte politique, qui veut avoir des conséquences sur le mode de pensée des Africains et autres  Afro descendants, des populations naïves et fragiles écrasées par leur passé d’esclave et de colonisé.

 

Et pour bien cerner la mentalité des Français de l’Europe du 21è siècle il faut avoir en mémoire quelques figures de l’Histoire qui valent mieux qu’un long discours…

 

… nous sommes en 1814 avec le retour de la  Monarchie sensée avoir disparu depuis Janvier 1793 et Louis XVIII est acclamé par un vibrant…Vive le Roi…

 

…mais un an après, 1815 avec le come-back de Napoléon pour  son retour des 100 jours c’est ce même peuple qui le reçoit au cri délirant de  … Vive l’Empereur…

 

Dès cette époque, on relève donc    une population incohérente dans ses choix, versatile, imprévisible et donc faible.

 

Plus de deux siècles  se sont écoulés, on peut multiplier les contorsions les explications saugrenues venant de tout l’échiquier politique pour obsever que ce mode de pensée relevé en 1815 n’a pas changé d’un yotta…

 

Car comment expliquer qu’en, pleine déferlante raciale au 21è siècle on relève des propos hors sol que sont…

 

Racisme, Noir, Blanc, racisme anti blanc, privilège blanc.

Pour mémoire, le vocabulaire « racisme » scandé de nos jours dans toutes les suces est inapproprié, car aucune communauté humaine dans ce pays n’est menacée de destruction en raison de ses caractéristiques physiques ou religieuses.

 

Par contre ce slogan cache une réalité plus méprisable qui est la discrimination raciale, propre à toutes les couches de la société française (les souchistes) dont sont victimes principalement les Africains les Afro descendants et les populations du Maghreb résidant en France…

 

Et donc revisitons l’Histoire du Monde Nègre et sa descente dans l’enfer de l’humiliation.

 

Nous sommes à la fin du XVe siècle, c’est le début de la découverte de nouveaux territoires, Espagnols , Portugais,  Français,  Britanniques s’installent en pays conquis après avoir massacré les premiers occupants, les Indiens, peuples  indociles et rebelles  au travail de terre.

 

 

Et voilà ces Européens partis à la recherche de remplaçants trouvés dans les populations de la côte occidentale africaine, fragiles naïves inaptes à toute résistance armée, qui feront la traversée de l’Atlantique pour être vendus dans les marchés d’esclaves des Amériques et la Caraïbe.

 

Mais l’apparition du concept de Race verra le jour au XVIII è siècle par les écrits et la pensée de certains écrivains et philosophes français qui établiront un dispositif  tendant  à démontrer    la supériorité du monde occidental et la justification de la traite négrière concernant les Africaines de race Nègre et l’établissement de L’Esclave.

 

Espagnols, Portugais , Britanniques pratiquant une stricte surexploitation des territoires colonisés, les Français iront plus loin en se plaçant dans une domestication ( Code Noir )des esclaves afro descendants, par une politique d’assimilation, au résultat catastrophique pour les personnes tombées dans ce piège infernal du big bang cérébral dont les effets désastreux perdurent de nos jours…

 

… dont les  premiers résultats se présenteront en Mai 1802 avec le rétablissement de L’esclavage à la Guadeloupe, une absente totale de résistance de la population du territoire de 90000 âmes à l’époque, malgré les efforts désespérés d’un  certain Colonel Louis Delgres, d’origine martiniquaise pour s’opposer  au Corps. Expéditionnaire de Napoléon Bonaparte…

 

…Alors  qu’à Saint Domingue (devenu Haïti) les troupes armées sous la conduite d’un Toussaint Louverture et de Jean Jacques Dessalines, arrachaient la victoire et la création de l’Etat haïtien, permière Nation  Nègre à conquérir son indépendance les armes à la main, à compter du Premier Janvier 1804;

 

La suite prochainement.

 

https://www.youtube.com/watch?v=IMKe6QVjT84

Bogotá

 

Bogotá anciennement Santa fé de Bogotá Distrito Capital est la capitale de la Colombie et du département de Cundinamarca. Elle a été fondée le 6 août 1538 par l'Espagnol Gonzalo Jiménez de Quesada.

La population de la ville de Bogotá comptait 6 778 691 habitants après le recensement 2005et son aire urbaine comprenait 8 millions d'habitants en 2006.
C'est une métropole administrative et culturelle, divisée en 20 districts.

Histoire

Bogotá, appelée Bacatá par les indigènes Chibcha, était le centre de leur civilisation avant la conquête espagnole et abritait une importante population.

La colonie européenne a été fondée en 1538 par Gonzalo Jiménez de Quesada et a été nommée Santa Fé de Bogotá d'après le nom du lieu de naissance du fondateur, Santa Fé. En 1717, Bogotá devint la capitale de la vice-royauté de Nouvelle-Grenade, qui comprenait aussi les actuels Venezuela, Équateur et Panama

Bogotá, tout comme Lima et Mexico, devint l'une des principales villes sur le continent américain pour l'administration espagnole. Couramment appelée Santa Fe jusqu`à l`indépendance, rebaptisée Bogotá tout court à ce moment.

Le 20 juillet 1810, les habitants de Bogotá instaurèrent la première assemblée représentative à défier l'autorité espagnole, après le cri d'indépendance qui s'est fait dans la place principale de la ville.

Après l'indépendance de la Colombie et la fondation de la Grande Colombie en 1819, Bogotá devient sa capitale.
Le 9 avril 1948 le politique liberal Jorge Eliécer Gaitán est assassiné à Bogotá , cela provoque des émeutes d’une violence déchaînée sous le nom de Bogotazo.

Au cours du XXe siècle, la population de Bogotá augmente considérablement du fait de l'arrivée massive d'habitants de la campagne fuyant la violence.

Géographie

Bogotá se trouve à une altitude de 2640 mètres au-dessus du niveau de la mer, dans la Cordillère orientale des montagnes du nord des Andes ,  elle est située sur un plateau, au pied d’une chaîne de montagnes dont les collines les plus fameuses s'appellent Guadalupe et Monserrate, sur les crêtes desquelles se situent deux imposantes églises

 Plusieurs petits cours d'eau, dont le San Francisco, traversent la ville jusqu'à l'extrémité sud-ouest du plateau, et forment le Rio Funza ou Bogotá, qui plonge finalement au bord du plateau à Tequendama, dans l'une des plus importantes attractions touristiques de Bogotá , une magnifique chute d'eau perpendiculaire, d'à peu près 145 mètres.

Le climat est doux et tempéré, la température moyenne annuelle est d'environ 14 C, et les précipitations importantes, environ 960 mm en comparaison,à Paris, le total annuel est d'environ 600 mm-

La ville a un plan en damier ou hippodamien avec de nombreuses carreras  avenues orientées nord-sud aux intersections des calles , rues, orientées est-ouest. Elle comporte de nombreux parcs et jardins, dont le parc Simon Bolívar , à ne pas confondre avec la Plaza de Bolívar, où sont situés plusieurs édifices publics importants et églises.

Bogotá est reliée par route aux côtes Pacifique et Atlantique de la Colombie, respectivement au nord et à l'ouest, ainsi qu'aux deux autres villes majeures de Colombie. La route panaméricaine et l'autoroute Simón Bolívar traversent la ville.

Moyennes pluriannuelles sur 21 ans, jusqu'à 2007, issues du site Weatherbase.
Moyennes pluriannuelles sur 125 ans, jusqu'à 2007, issues du site Weatherbase.

Découpage politico-administratif

Les districts -localidades-de Bogotá sont /

Usaquén

Chapinero

Santafé

San Cristóbal

Usme

Tunjuelito

Bosa

Ciudad Kennedy

Fontibón

Engativá

Suba

Barrios Unidos

Teusaquillo

Los Mártires

Antonio Nariño

Puente Aranda

La Candelaria ,Centro Histórico

Rafael Uribe Uribe

Ciudad Bolívar

Sumapaz

Les districts -localidades- se subdivident à leur tour en unités de planification zonale-Unidades de Planificación Zonal- appelées UPZ ou simplement zones -Zonas- Ces zones regroupent plusieurs quartiers -barrios- et parfois des ilots-veredas-

Transports publics

Historique

En 1881 la première ligne de chemin de fer reliait Bogotá à Facatativá.
En 1884 le premier tramway hippomobile fut construit jusqu'au quartier de Chapinero. Il est remplacé par le tramway électrique en 1910.

Une ancienne voie ferrée traverse la ville du nord au sud. Elle est utilisée de manière anecdotique pour le transport de marchandise et pour le tourisme. Le train touristique est à vapeur et propose une promenade d'une demi-journée aux alentours de la ville.

Transports modernes

La ville de Bogotá comporte deux réseaux de transport public complémentaires.
Le réseau principal de transport public , le TransMilenio est un réseau moderne d'autobus articulés en site propre, dont de nombreux express permettent un déplacement rapide.

Ce système de transport, réputé pour sa sécurité mais critiqué pour sa complexité, date de 2001. Il transporte près de 1 400 000 voyageurs par jour, et s’inspire des transports en commun de Curitiba.

Il s'articule majoritairement autour de l'Avenida Caracas, mais il y a d'autres lignes autour de l´Avenida Suba, la Calle 80 et l´autoroute du nord qui est une extension de l´Avenida Caracas. Un nouveau développement est prévu autour de la 7e Avenue, et aussi de la Calle 26, pour connecter l'aéroport international au centre-ville.

Le réseau secondaire de transport public est composé de nombreuses lignes d'autobus plus vétustes, appelés buseta, colectivo ou ejecutivo en fonction de leur capacité.
Au niveau aérien, la ville de Bogotá possède deux principaux aéroports /

L'aéroport international El Dorado est le plus grand aéroport commercial du pays, situé dans le quartier de Fontibón. Il a ouvert en 1959. Tous les vols commerciaux utilisent ce terminal.

L´Aéroport régional du Guaymaral est essentiellement utilisé pour les vols privés et ceux de la police.

Culture

Bogotá est depuis longtemps un centre artistique, culturel et universitaire majeur du nord de l'Amérique du Sud. Parfois appelée l'Athènes d'Amérique du Sud.

Universités

La ville abrite plusieurs excellentes universités, dont l' Université nationale de la Colombie 1867 Universidad de los Andes -1948-, la Universidad Javeriana fondée en 1622-, l'université de Santo Tomás ,fondée en 1580-et l'université Externado de Colombia ,1886.

Musées

On trouve également à Bogotá

Le musée de l'or qui possède la plus vaste collection mondiale d'objets façonnés en or précolombiens,

La Casa de la Moneda dans laquelle sont exposées maintes œuvres latino-americaines, une énorme quantité de peintures, sculptures et objets colombiens dont une grande collection de Botero offerte par lui-meme.

Mais encore quelques œuvres -notamment beaucoup de dessins- de peintres européens classiques incluant des membres de la famille Brueghel, et puis surtout un riche ensemble de tableaux et sculptures des plus grands artistes européens modernes, tous y sont ou presque , Monet, Sisley, Salvador Dalí, Bacon, Ernst, Beckmann, Picasso.

Enfin le Musée National est le plus grand de Colombie. Y est résumée toute l`histoire du pays et sont présentés moult objets d`art aussi bien précolombiens que coloniaux, modernes et contemporains .

La salle consacrée à Botero est dotée de la collection d`œuvres de ce peintre probablement la plus intéressante, puisque elle retrace absolument toute sa vie artistique depuis l`époque même où il ne peignait pas encore les formes volumineuses qui sont sa marque de fabrique.

Un musée d'histoire naturelle -consacré en partie aux explorations sud-américaines de Alexander von Humboldt-, un planétarium,

Le musée d'Art Colonial agrémenté d`un admirable cloître et plusieurs galeries d'art moderne.

Lieux de Bogotá

Arènes de Santamaría

Jardin botanique José Celestino Mutis

Stade Nemesio Camacho El Campín

Informations supplémentaires

viagra bitcoin buy