MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Le Communautarisme

 

Pour qui sonne le glas, ce titre  de l’excellent roman de feu Ernest Emilegay,brillant écrivain  américano -cubain qui nous a projeté dans l’enfer de le guerre civile espagnole -1936-1939, gagnée par les nationaliste, que le 20ème siècle a connue depuis la guerre de cessession américaine de 1860 à1865 remportée par les yankee du Nord…

 

et si nous ne prenons pas garde  ,un tel scénario catastrophe n’est pas exclu à terme en terre française de l’Europe…

 

…car depuis quelque temps nous assistons à un déchainent de comportements  et de propos qui frisent l’intolérance, rapportés sans discernement par des média affidés au Pouvoir en place…

 

… des adversaires politiques sont traités comme des ennemis de la République…

 

… bref, silence dans les rangs, on ne veut voir qu’une seule tête, aucune opposition n’est tolérée…

 

…les races n’existent pas (version française) mais dans les médias on insiste particulièrement sur l’aspect physique de certaines personnes, l’écrivain « noir » l’avocat « noir » l’artiste « noir » pour sans doute marquer la différence, une supériorité supposée de l’indo européen …pitoyable…

 

…allons donc, que l’on cesse  de considérer  les Africains et autres afrodescendants comme des zombis …

 

… et voilà  qu’après avoir dénié aux masses le droit de contester la gouvernance de minorités privilégiées, en les refoulant dans une opposition insultante dite populiste…

 

… on ne reconnait pas  le droit à certaines minorités ethniques de se regrouper pour échapper dans ce pays, avec un climat d’arrogance et d’intolérance, en les cantonnant dans le concept de communautarisme

 

mais au fait de quoi s’agit-il….

 

 …immigration, communautarisme insécurité …

 

 …un triptyque  inconcevable et inacceptable dans une Société, une  Nation de civilisation...

 

wwwxxxwwwxxxwwwxxx la suite , prochainement 

 

Sans- papiers

 

C'est devenu un slogan habituel et dérisoire, sans intérêt médiatique mais qu'on y prenne garde ...

Les hommes naissent sans papier...

Les hommes meurent sans papier ...

Depuis des milliards d’années imperturbables, la Terre, notre planète, poursuit sa route infernale.

Il est fortement probable qu'il lui reste encore autant de distance à parcourir, avant qu'un destin divin décide d'y mettre un terme.

Alors pourquoi ce tohu-bohu... 

Après deux mois d'absence sur ces antennes, dans le cadre de cette rubrique, je vous retrouve avec intérêt, ce qui me permettra de traiter avec sérieux et la hauteur nécessaire, les affaires au titre desquelles j'aurai à vous entretenir au cours des mois à venir.

La France pays des droits de l'homme, assume avec difficulté la marche du temps.

Elle a du mal à accepter son passé, à bien des égards, peu glorieux. Alors comment voulez-vous qu'elle digère un présent si lourd pour ses propres ressortissants ...

Mais diable, pourquoi avoir eu ce besoin irrésistible de laisser ses frontières pour s'adonner au pillage du sol africain, des espaces de l'Asie et du Magrheb, des terres d'Océanie de l'Amérique et de la Caraïbe

S'adonner encore à l'humiliation de trop de peuples qui auront les pires difficultés pour s'en sortir, dans un Monde dominé par une technologie de plus en plus impénétrable mais au combien indispensable.

Oui la France et les français ne se souviennent plus ...

La France et les français ne veulent plus s'en souvenir ...

La France et les français ne se souviendront plus...

Ils ne se souviennent pas, que durant ce siècle la planète a été ébranlée par deux conflits meurtriers dont la France directement impliquée.

La France a dû son salut grâce notamment à la participation volontaire ou forcée, de troupes dites coloniales, acheminées en Europe pour sauver dit-on -la mère patrie- en péril… dérision… une escroquerie intellectuelle.

Ces hommes enrôlés pour la mort, venus de Caraïbe, d'Amérique et d'Afrique -sans papier- qui serait étonné, ont constitué pour l'Histoire et l'éternité, ces bataillons de misère.

Bref, le colonisé au service de l'indo européen.

Ce sang coulé, sans raison évidente, méritait bien une messe.

Leurs descendants n'ont pas droit au devoir du souvenir, sans papier, ils récoltent l'humiliation.

Ils ne veulent plus s'en souvenir ...

Nous sommes en 1947, la deuxième guerre mondiale vient de rendre son verdict, l'Allemagne nazie est certes vaincue, mais la France entre autre, est réduite à un champ de ruine, voici donc venu le temps de la reconstruction ...

Pour faire échec au communisme montant, les dollars U-S du plan Marschall sont les bien venus, mais ce pays manque de bras et surtout de courageux...

Alors la main d'œuvre tout azimut est la bienvenue y compris ces -sans papiers- accourus des profondeurs du continent africain en particulier.

La reconstruction est terminée, la France est remise sur le bon rail économique, bien évidemment après le sang versé pour une cause inconnue, ce fut la force de travail distribuée pour un salaire de misère. 

De tout cela ils ne se souviennent plus ...

Et ils ne se souviennent plus, car voici venu le temps du quota et des lois, les supposés -sans papiers-sont montrés du doigt...

A la diaspora tout entière, caribéenne, africaine d'en tirer toutes les causes, car l'affaire des -sans papiers- n'est pas basée sur une seule situation économique, mais un fait de société, ayant pour support, une hypothèse de race...

Léonce Lebrun

Informations supplémentaires