MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Le Communautarisme (suite)

 

Ces éternelles questions qui sont posées à la classe politique toutes tendances confondues…

…qu’est ce que le communautarisme…

… en quoi ce mode de rencontre notamment culturel et fraternel peut-il mettre en danger les fondements de cette République version monarchique…

 

…quelles sont ces minorités ethniques qui sont l’objet de cet acharnement politico- médiatique que je subodore être les Africains les Caraïbéens les Maghrébins et autres musulmans(nes) …

 

…ces empêcheurs de tourner-en-rond…

 

…ces descendants du commerce triangulaire, de l’Esclavage et la Colonisation, dont la présence sur le territoire européen français, rappelle à son peuple, des heures sombres peu glorieuses…

 

…mais n’est pas visée la communauté hébraïque, de race indoeuropéenne, hyper organisée de grande solidarité, financièrement solvable et disposant d’énorme influence politique héritéeS des conséquences de la Guerre 1939-1940, malgré le nombre réduit de membres…

 

…à un moindre degré, la colonie arménienne que je connais bien…

 

…les békés de la Martinique, d'origine européenne, descendants des négriers d’antan, quoi que peu nombreux monopolisent toute l’économie du territoire, et vivent en état autarcique…

 

…les expatriées Français installés dans l’ouest du Continent africain, véritables missi dominici, servant de relais au système impérialo-néocoloniailme, ne se mélangent pas avec les autochtones africains.

 

Pour bien cerner cette problématique je vais exposer une affaire qui a concerné deux couples  ,l’une d’origine caraïbéenne et l’autre européenne –souchiste-…

 

Propos d’un membre du couple caraïbéen…

 

… « tu te rends compte Léonce, nous faisons tout pour être agréables et conviviales à nos voisins européens, invitations, offres, de nos spécialités culinaires…

 

… mis voilà depuis des années nous ne connaissons même pas la couleur de la moquette de leur salon… »

 

… « seulement si nous arrêtons ce mode de voisinage ce sont nos enfants qui en souffrirons par mesure de représailles »…

 

En fait c’est une affaire sociétale, dont connaissent des milliers de nos compatriotes, que je lui ai recommandé de s’en sortir de ce guêpier « servito-colonialiste »…

 

… et se rapprocher davantage de nos communautés caraïbéennes qu’il s trouverons de la solidarité, une vraie fraternité une, réelle convivialité…

 

…ai-je fait du communautarisme au sens politique du contexte actuel…

 

…oui, et je l’assume totalement

 

Car dans une société où ça craque de partout, identitaire par là, racisme anti blanc par ci ,la confiance vis-à-vis de nos hôtes européens est mise à rude épreuve…

 

… et ce n’est pas la charge brutale gouvernementale en direction de ses collaborateurs nationaux qui modifiera l’ordre des choses au regard d’une Nature têtue et vindicative….

 

…qu’avec le temps qui passe, les incohérences politiques des uns et la bêtise des autres, le Communautarisme est devenu une doctrine comme le Communisme et le Capitalisme…

 

…que les uns et les autres soutenus par des médias hyper affidés ne pourront pas éradiquer….

 

…vous avez dit listes communautaristes…ah bon …pour la suite.

https://www.youtube.com/watch?v=FGqMMpMkKXs&t=19s

 

Mohamed Ould Abdel Aziz  né le 20 décembre 1956 à Akjoujt, est un ancien général mauritanien, chef de l'État du 6 août 2008 au 15 avril 2009, puis président de la République depuis le 5 août 2009.

Il est l'un des meneurs du coup d'État d'août 2005 qui dépose le président Maaouiya Ould Sid'Ahmed Taya, puis il conduit le coup d'août 2008 qui renverse le président Sidi Ould Cheikh Abdallahi et le Premier ministre Yahya Ould Ahmed El Waghef. Après ce dernier coup de force, Ould Abdel Aziz s'autoproclame président du Haut Conseil d'État.

Mohamed Ould Abdel Aziz naît le 20 décembre 1956 à Akjoujt, une ancienne ville minière du centre-ouest de la Mauritanie. Il est issu de la tribu maraboutique des Ouled Bou Sbaa, fortement présente en Mauritanie mais aussi au Sahara occidental et au Maroc. Son père Abdel Aziz, qui était commerçant, a longtemps vécu au Sénégal.

Il est aussi le cousin de son opposant politique et ancien chef d'État Ely Ould Mohamed Vall.

Il est marié à Tekeiber Mint Malainine et a six enfants prénommés Ahmedou, Badr, Hamza, Najah, Leila et Esma.

Après des études secondaires, il rejoint l’armée nationale où il occupe plusieurs postes de commandement. Entre 1977 et 1982, il suit deux formations militaires au Maroc et en Algérie.

Puis en 1984, il est nommé aide de camp de Maaouiya Ould Sid'Ahmed Taya qui venait de renverser le chef de l’État Mohamed Khouna Ould Haidalla, puis commandant du bataillon de sécurité de la Présidence de la République ,BASEP, créé sous le régime de Ould Taya.

Promu en janvier 1994 au grade de commandant, il occupe le poste de commandant- adjoint de la 6e région militaire jusqu’en 1998 où il obtient le grade de lieutenant-colonel et devient le commandant du BASEP. Il accède en 2004 au grade de colonel.

Ould Abdel Aziz est le deuxième acteur principal du putsch conduit le 3 août 2005 par le colonel Ely Ould Mohamed Vall, qui est alors directeur général de la Sûreté nationale, et qui renverse le président Maaouiya Ould Sid'Ahmed Taya après 21 ans au pouvoir.

En janvier 2008, il est élevé au grade de général par le président en fonction Sidi Ould Cheikh Abdallahi, et devient le premier général en Mauritanie depuis son indépendance, puis nommé chef d'état-major particulier du chef de l'État.

À la suite d'une crise politique, le président Sidi Ould Cheikh Abdallahi accuse les généraux de mettre la pression sur les parlementaires frondant contre lui. Le matin du 6 août 2008, Le président limoge par un décret présidentiel quatre officiers de l'armée dont Ould Abdel Aziz.

Quelques heures plus tard, ce dernier orchestre un coup d'État, annule la récente décision présidentielle, devient président du Haut Conseil d’État et chef de l’État et emprisonne le président Abdallahi.

Le 12 avril 2009, il annonce sa démission de l'armée et de la présidence du Haut Conseil d'État avant le 21 avril afin de pouvoir se présenter à l'élection présidentielle prévue le 6 juin par ce conseil. Le 15 avril, l'intérim du pouvoir revient constitutionnellement au président du Sénat, Ba Mamadou dit M'Baré.

De nombreuses pressions et menaces de la communauté internationale sont alors brandies contre les putschistes pour qu'ils négocient avec le président déchu Ould Cheikh Abdallahi.

Le groupe de contact international sur la situation en Mauritanie ,GCIM, créé pour coordonner les positions des partenaires internationaux de la Mauritanie sur cette crise, invite les protagonistes mauritaniens à un dialogue politique sous le patronage du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, président en exercice de l’UA.

Un dialogue qui échoue vite à l'arrivée de ce dernier à Nouakchott. Le président Abdoulaye Wade propose sa médiation que l’UA appuie pour conduire à l’accord de Dakar du 2 juin 2009 dont les points principaux sont /

1. Signature d'un décret de formation du gouvernement transitoire d’union nationale par le président Ould Cheikh Abdallahi.

2. Formalisation de sa démission volontaire de son mandat de président de la République et de l'exercice de l'intérim par le président du Sénat.

3. Fixation de la date de l’élection présidentielle au 18 juillet 2009.

Le 18 juillet 2009, Ould Abdel Aziz, candidat de l'Union pour la République, est élu président de la République au suffrage universel avec 52,47 % des voix au 1er tour pour un mandat de cinq ans.

Il réussit ainsi à légitimer son coup d'État d'août 2008 par les urnes, à l'issue d'une transition politique très rapide d'à peine neuf mois. Il est le second président mauritanien après Ould Taya à mener cette transition, mais il a fait beaucoup mieux que son prédécesseur, là où Ould Taya avait mis huit années.

Le 13 octobre 2012, alors qu'il regagne en voiture la capitale Nouakchott, Ould Abdel Aziz est blessé par balle. Il subit à l'hôpital militaire de Nouakchott une première opération destinée à extraire la balle de son corps. Il est ensuite évacué en Europe pour des soins complémentaires.

Informations supplémentaires