MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun  

 

Le populisme

 

L’étranger qui débarque  ne sait pas où se situer dans ce pays ,la France, avec une telle division  disparate de sa population, allant du communautariste au dihadiste, du républicain à l’islamiste radicalisé, du gauchiste à l'ultra-droite, de l'orléaniste au bonapartiste, du terroriste au populiste...  

…bref avec un tel attelage humain peut-on parler de « vivre ensemble », un discours   habillé  de manipulation idéologique

 

Précisément parlons du populisme, un concept qui a fait son apparition dans le domaine médiatique, mettant dangereusement en scène la qualité des personnes, avec d’un côté ceux qui gouvernent et dirigent 

 

… de l'autre, la masse des citoyens  se pliant aux injonctions d’un système suivant la couverture de la démocratie

 

Mais dès qu’un besoin  de changement se fait sentir  par des manifestations violentes, les médias affidés au Pouvoir politique, ont baptisé ce mouvement de populisme, un qualificatif  péjoratif ô combien insultant…

 

…  car il s'avère sous-entendu que le peuple n’ayant pas droit au bouleversement institutionnel, est considéré comme dépourvu d’intérêt…

 

… il lui est concédé  un droit de vote qui l’autorise à s’exprimer périodiquement en vertu des règles de la démocratie, un mode de fonctionnement que n’avait pas prévu l’auteur de l’esprit des lois…(Montesquieu)

 

… il en ressort que  comme le spécifiait en son temps un éminent homme politique disparu…

 

… le citoyen vote le Dimanche et vaquière à ses occupations le Lundi…

 

Mais ce modèle ne peut plus perdurer et exige le respect de chacune et chacun en conformité avec l'esprit républicain.

 

Car les élites aux affaires politiques depuis des lustres ont  montré leurs failles et faiblesses…

 

…En effet prenons le cas de l’Occident, avec le XXème siècle le Monde a connu  deux guerres sanglantes provoquées par les politiciens au Pouvoir...

 

...alors que ce sont les paysans et autres ouvriers au front, qui ont payé lourdement les conséquences de leurs ambitions irresponsables....

 

...que du reste en l'espèce il ne peut être exigé du citoyen un quelconque patriotisme, et l'on comprend mieux ces désertions massives des époques en cause dans les rangs de l'Armée, qu'à postériori j'approuve totalement.

 

Et depuis 1945 malgré le plus jamais ça, des peuples ont senti durement les comportements colonialistes et impérialistes des gouvernements successifs de certaines Nations de l'Occident...

 

...vis à vis des Etats de l'Ouest africain, de l'Algérie de Madagascar de l'Indochine et des territoires dits outre-mer.

 

Enfin j'observe en ce qui concerne la France, que le peuple a été volé  de sa colère de 1789… en faisant confiance à des clans antirévolutionnaires. 

 

…que depuis l’ avènement de la République  sous la domination d’une Bourgeoisie féroce et arrogante…

 

… tous les mouvements populaires ont été écrasés par la force ou la ruse.

 

Mais les soubresauts actuels entrevoient de nouvelles perspectives pour les populistes…

 

Alors, pour ces intouchables, dure sera la chute… allons nous vers le crépuscule des dieux...

 

...en tout cas ces personnages devraient retenir que les cimetières sont remplis de gans indispensables ( Clémenceau)

 

Serge Letchimy

 

Serge Letchimy , né le 13 janvier 1953 au Gros-Morne en Martinique est un homme politique . Maire de Fort-de-France de 2001 à 2010, il est  député de la Martinique et président du conseil régional  depuis le 26 mars 2010.

L'interessé est titulaire d'une licence de géographie et  d'un doctorat en urbanisme et aménagement obtenu à la Sorbonne à Paris.

Serge Letchimy est urbaniste de profession et ancien directeur général de la société d'économie mixte d'aménagement de Fort-de-France . Il a dirigé cette société  de 1988 à 2000. En 1999, alors qu'il est directeur, la SEMAFF reçoit à Paris un SEM d'Or récompensant cette structure.

Sous l'étiquette du PPM, il est élu maire de Fort-de-France le 18 mars 2001 et succède à Aimé Césaire.

Serge Letchimy était conseiller général du canton 6 de Fort-de-France de 1992 à 2004.

Il a présidé   la Communauté d'agglomération du Centre de la Martinique ,CACEM, du 20 avril 2001 au 11 avril 2008.

Conseiller régional du 21 au 24 mars 2004, il est  dans l'obligation de démissionner afin de respecter la loi sur le cumul des mandats.

Le 23 octobre 2005, il est élu président du Parti progressiste martiniquais lors du 17e Congrès de ce parti.

Aux élections législatives de juin 2007, Serge Letchimy est élu député de la troisième circonscription de la Martinique en obtenant 16 055 voix soit 67,77 % , face au député sortant, Philippe Edmond-Mariette.

Serge Letchimy est à l'Assemblée nationale, apparenté au Groupe socialiste, radical, citoyen et apparentés depuis le 26 juin 2007.

Le 9 mars 2008, il est réélu maire de Fort-de-France au premier tour en recueillant 23 227 voix soit 82,62 % des suffrages exprimés. C'est la plus forte majorité des élections municipales de 2008 en Martinique.

Le 10 janvier 2010,  a  lieu une consultation des électeurs martiniquais sur un l'éventualité d'un changement de statut du territoire en une collectivité d'outre mer régie par l'article 74 de la constitution  et dotée de plus  d'autonomie.

Serge Letchimy avait fait le choix de voter contre cette proposition, suivi dans le même sens par une majorité de 79,3 % d'électeurs .

Toutefois, il avait appelé à voter  oui  le 24 janvier 2010, pour la fusion du conseil régional et du conseil général en une collectivité unique régie par l'article 73 de la constitution . Les électeurs  ont approuvé ce choix à 68,4 %.

A noter que lors des débats autour de cette consultation, Serge Letchimy proposait  , la troisième voie , soit  une autonomie constitutionnalisée.

A l'occasion  des élections régionales des 14 et 21 mars 2010, la liste, Ensemble, pour une Martinique nouvelle , conduite par Serge Letchimy, est  arrivée en tête au second tour avec 78 193 voix.

Il a disposé ainsi d'une majorité de 26 élus sur 41 pour diriger le conseil régional de la Martinique.

Serge Letchimy est élu officiellement président du conseil régional, le vendredi 26 mars 2010 en recueillant 26 voix sur 41, et dans la foulée, il  démissionne du conseil municipal de Fort-de-France pour se mettre en conformité avec la loi limitant le cumul des mandats.

C'est l' ancien 1er adjoint, Raymond Saint-Louis-Augustin qui a été élu le 7 avril 2010, par le conseil municipal,  maire de Fort-de-France.

Le 26 janvier 2011,  Serge Letchimy  présente à l’Assemblée nationale une proposition de loi relative à l’habitat informel. Cette proposition  fait suite au rapport qu’il a rédigé en Septembre 2OO9, à la demande du gouvernement , sur la résorption de l’habitat insalubre et indigne en outre-mer.

La loi contre l’habitat indigne dans les territoires et régions d’Outre-mer a été promulguée le 26 juin 2011 au journal officiel.

Le 7 février 2012, lors de la séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, Serge Letchimy interpelle le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, membre de l'UMP, quant aux propos que celui-ci a tenus concernant ,des civilisations qui ne se valent pas , dans le contexte de la campagne électorale présidentielle.

Le député Letchimy a poursuivi, dénonçant des propos ramenant  à ces idéologies européennes qui ont donné naissance aux camps de concentration, au bout du long chapelet esclavagiste et colonial,   demandant si le  régime nazi était une civilisation  , si  la barbarie de l'esclavage et de la colonisation  était  une mission civilisatrice .

Cette intervention s'est terminée sur l'interrogation, à savoir une possible intention de M. Guéant de  récupérer  la  France obscure  avec les thèmes du Front national , les membres du Gouvernement ont quittté l' hémycle, ce qui ne s'était pas produit depuis longtemps.

Aux élections législatives  de 2012, Serge Letchimy s'est  présenté dans la troisième circonscription de la Martinique en arrivant en tête au premier tour avec 11 713 voix soit 63,29 % des suffrages exprimés.

Au second tour, il est réélu  en obtenant 15 188 voix soit 70,24 % des suffrages exprimés, devançant son adversaire Francis Carole du Palima de 8754 voix.

Informations supplémentaires