Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

  

La Race

 

En pleine déferlante mondiale sur la problématique raciale,  le contexte ne pouvait pas être meilleur pour évoquer le concept de Race  que la France seul pays des 193 membres  de l’Organisation des Nations Unies (L’ONU) veut voir disparaitre dans les échanges au quotidien, mais le remplacer par quel  stratagème….

 

Car c’est une prétention outrancière, un acte politique, qui veut avoir des conséquences sur le mode de pensée des Africains et autres  Afro descendants, des populations naïves et fragiles écrasées par leur passé d’esclave et de colonisé.

 

Et pour bien cerner la mentalité des Français de l’Europe du 21è siècle il faut avoir en mémoire quelques figures de l’Histoire qui valent mieux qu’un long discours…

 

… nous sommes en 1814 avec le retour de la  Monarchie sensée avoir disparu depuis Janvier 1793 et Louis XVIII est acclamé par un vibrant…Vive le Roi…

 

…mais un an après, 1815 avec le come-back de Napoléon pour  son retour des 100 jours c’est ce même peuple qui le reçoit au cri délirant de  … Vive l’Empereur…

 

Dès cette époque, on relève donc    une population incohérente dans ses choix, versatile, imprévisible et donc faible.

 

Plus de deux siècles  se sont écoulés, on peut multiplier les contorsions les explications saugrenues venant de tout l’échiquier politique pour obsever que ce mode de pensée relevé en 1815 n’a pas changé d’un yotta…

 

Car comment expliquer qu’en, pleine déferlante raciale au 21è siècle on relève des propos hors sol que sont…

 

Racisme, Noir, Blanc, racisme anti blanc, privilège blanc.

Pour mémoire, le vocabulaire « racisme » scandé de nos jours dans toutes les suces est inapproprié, car aucune communauté humaine dans ce pays n’est menacée de destruction en raison de ses caractéristiques physiques ou religieuses.

 

Par contre ce slogan cache une réalité plus méprisable qui est la discrimination raciale, propre à toutes les couches de la société française (les souchistes) dont sont victimes principalement les Africains les Afro descendants et les populations du Maghreb résidant en France…

 

Et donc revisitons l’Histoire du Monde Nègre et sa descente dans l’enfer de l’humiliation.

 

Nous sommes à la fin du XVe siècle, c’est le début de la découverte de nouveaux territoires, Espagnols , Portugais,  Français,  Britanniques s’installent en pays conquis après avoir massacré les premiers occupants, les Indiens, peuples  indociles et rebelles  au travail de terre.

 

 

Et voilà ces Européens partis à la recherche de remplaçants trouvés dans les populations de la côte occidentale africaine, fragiles naïves inaptes à toute résistance armée, qui feront la traversée de l’Atlantique pour être vendus dans les marchés d’esclaves des Amériques et la Caraïbe.

 

Mais l’apparition du concept de Race verra le jour au XVIII è siècle par les écrits et la pensée de certains écrivains et philosophes français qui établiront un dispositif  tendant  à démontrer  la supériorité du monde occidental et la justification de la traite négrière concernant les Africaines de race Nègre et l’établissement de L’Esclave.

 

Espagnols, Portugais , Britanniques pratiquant une stricte surexploitation des territoires colonisés, les Français iront plus loin en se plaçant dans une domestication ( Code Noir )des esclaves afro descendants...

 

...par une politique d’assimilation, au résultat catastrophique pour les personnes tombées dans ce piège infernal du big bang cérébral dont les effets désastreux perdurent de nos jours…

 

… dont les  premiers résultats se présenteront en Mai 1802 avec le rétablissement de L’Esclavage à la Guadeloupe...

 

...une absente totale de résistance de la population du territoire de 90000 âmes à l’époque...

 

...malgré les efforts désespérés d’un  certain Colonel Louis Delgres, d’origine martiniquaise pour s’opposer  au Corps. Expéditionnaire de Napoléon Bonaparte…

 

…Alors  qu’à Saint Domingue (devenu Haïti) les troupes armées sous la conduite d’un Toussaint Louverture et de Jean Jacques Dessalines,...

 

...arrachaient la victoire et la création de l’Etat haïtien, permière Nation  Nègre à conquérir son indépendance les armes à la main, à compter du Premier Janvier 1804.

 

La suite prochainement.

 

https://www.youtube.com/watch?v=IMKe6QVjT84

Vision d'Afrique

 

Tout d’abord prenez connaissance en prime time du paraphe sur la page d’AFCAM de PARCOURS intitulé …Le mouvement associatif et politique, dont l’incident rapporté aura été en son temps le tournant pour moi décisif, de toute politique active au sein d’un Conseil, dans la Ville de Lyon….

..Que les personnes qui étaient étonnées que je ne sois pas un élu, alors officiant dans un bureau de vote en qualité de Président, y trouvent là les raisons impérieuses…

… Car en certaines circonstances il faut savoir prendre de la hauteur, faire comprendre qu’on n’est pas à la recherche d’un quelconque strapontin de misère, et surtout ne pas être à la remorque de personne.

Cela dit, vous avez été nombreux à apprécier ce panache pour franchir le Rubicon avec un message accompagné d’une vidéo musicale accrocheuse, dans un contexte où le citoyen est invité par l’Exécutif et les médias aux ordres, à fermer portes et fenêtres pour se protéger « d’attentats « annoncés de tous horizons…

...Un débordement ultra sécuritaire inutile, aux frais du contribuable peu averti des menaces géopolitiques, mais qui couvre ce pays de ridicule par la presse étrangère…

...Etant entendu que le ridicule n’a jamais tué, et puis il est plus facile de jouer, voir même d’amplifier la peur vis-à-vis d’un peuple en plein désarroi…

..Alors même qu’une explication rationnelle d’Etat eut été utile pour présenter les méandres de la diplomatie, et les responsabilités de destruction du territoire libyen par les frappes aériennes d’une coalition occidentale, les déboires de la population de Bengazi étant un faux prétexte.

Car dit-on à bon droit, il y a les causes que suivent les effets ou conséquences, qui a semé impunément le vent, doit s’attendre tôt ou tard à récolter, cyclone ouragan, tremblement de terre, avec le qualificatif des médias...barbarie, attentat, djihadisme…

…Peu importe, toujours à l’encontre et pour le malheur de citoyens innocents, parce qu’on n’a pas appris à foutre la paix aux autres, sous couvert de lutte contre le « terrorisme », une belle invention politicienne de l’Occident, pour masquer les dures réalités du quotidien aux masses, et éventuellement modifier leurs votes.

Car depuis que je suive la géopolitique, j’observe précisément que l’Occident a toujours crée  et financé les conditions de troubles ici ou là pour assouvir son besoin de domination, par des interventions douteuses de peuples en difficulté.

S’agissant de la vidéo, je suis très à mon aise de « Nègre voyou virtuel », qui n’a cédé en rien de sa culture martiniquaise, et donc ne peut recevoir de leçon de « civilisation » et de « savoir vivre » de personne, en rejetant avec fermeté le sermon sur le vivre ensemble en direction des masses crédules et des minorités ethniques attrape-tout.

Et donc la vidéo de conception personnelle, composée d’une gamme simple, sifflotée sous la douche le matin, et de paroles peu compliquées ne vise aucun sexe particulier, car il ne faut pas perdre de vue que « le mariage pour tous » à défaut d’être adopté massivement par les esprits, s’est installé durablement dans le paysage sociétal et juridique.

D’ où le géni de l’auteur à tenir compte des « non hétéro » dont certains m’ont reproché de n’avoir jamais fait état de leurs difficultés dans les publications du site.

Mais c’est une problématique qui ne me permet pas à titre personnel de franchir n’importe quelle ligne rouge.

En définitif ce garçon, votre serviteur, qui jongle avec la langue de Molière pour les besoins de notre combat, sait danser, normal pour un Nègre de la Caraïbe, peut composer et chanter, à vous de conclure.

Mais revenons sur le sujet du jour au titre duquel un collectif d’associations des étudiants africains de Lyon, intitulé VISION d’AFRIQUE avait le 20 Janvier dernier, à l’Université Jean Moulin (Lyon 3) organisé une conférence sur la thématique…

Faut-il maintenir l’aide au développement de l’Afrique…, en ayant soin de présenter au public les intervenants invités en deux groupes…les partisans pour le maintien de l’aide… et ceux qui y sont opposés, chacun devant exposer les motifs de son choix.

Et personne ne sera étonnée de me retrouver dans le deuxième groupe…

Précisément quand fut arrivé mon tour de parole, je rappelai pour les non initiés et c’est devenu un rituel, mon origine caraïbéenne , né à la Martinique…

…Mais je n’ai jamais oublié mes racines africaines, malgré des tentatives scolaires et pédagogiques désespérées pour nous installer dans « la gauloiserie » au titre de laquelle certains (es) ont succombé…

… Et c’est là notre drame, pour comprendre les échecs retentissants, suivant les tentatives de modification et d’évolution du statut politique de ces territoires dits outre-mer.

Dans ce cadre je suis solidairement et intellectuellement lié au destin de ce Continent, placé en dernière position dans la hiérarchie des valeurs, du moins suivant le baromètre de l’Occident.

Car, je ne peux pas m’autoriser à entrer sur le terrain pour jouer le match, alors que je suis juste toléré à assister à la partie, quand bien même le maître des lieux serait en possession de la bombe atomique pour amuser la galerie, donc stratégiquement inutile…

… Membre permanent du Conseil de sécurité qui sera réformé, et de l’Alliance atlantique (l’OTAN) qui devrait disparaître...

Et à ce stade des interventions, personne n’avait fait état du « néo-colonialisme » omni présent en Afrique, du moins dans la zone de l’Ouest, malgré de promesses fumantes à l’occasion de campagnes électorale, voir même de l’union politique du Continent par la Création des Etats Unis d’Afrique.

Après avoir participé à nombre de conférences sur les problématiques africaines, j’observe que la diaspora fait du « sur place » au regard de ces questions essentielles, aucune cohérence, aucune politique décisive, aucun besoin de conquête pour vaincre les aléas négatifs de l’Histoire.

Ainsi donc en voyant défiler à Paris ce 11 Janvier 2015, une horde de dirigeants africains venus défendre la Liberté, mais quelle Liberté...on tombe des nus… qualifiés à juste titre de nouveaux esclaves du Système par un éminent universitaire africain en poste à la Martinique…

Ces hommes étaient venus sans doute quémander auprès de l’ex, une onction pour leur médiocre gouvernance, de la corruption massive sans vergogne, de détournements de fonds publics en direction des paradis fiscaux…

…Alors que leurs populations éprouvent mille difficultés à survivre, sans compter ces manipulations des institutions, tendant à prolonger leurs mandats présidentiels au risque de guerre civile violente.

Mais alors comment pouvaient-ils ignorer que la Libye est une terre africaine, victime de l’arrogance et de l’impérialisme de l’Occident …

…Que les causes de l’assassinat du Colonel Kadhafi étaient tout à fait étrangères à la situation interne de ce pays…

… que ses projets pour l’Afrique de demain dérangeaient, qu’il était une cible à abattre, au même titre que jadis, Patrice Lumumba (1961) brillant panafricaniste congolais, dans un contexte quasi-identique...

…Que l’Occident n’entend pas consentir une modification du partage de 1885, suivant ce principe romain, qu’il est plus facile de régner et d’exploiter à bon compte dans la division…

Mais alors me direz vous, quelles sont les raisons qui me poussent être opposé à toute forme d’aide en direction de l’Afrique.

Elles sont multiples inutile de les énumérer, se résument en une phrase, l’aide est le prolongement de la colonisation, la mamelle du néo colonialisme.

Car c’est une évidence, l’Afrique a raté son entrée dans le Monde de la Liberté en 1960, en acceptant le principe impérialiste de l’octroi d’indépendance et dans quelle condition…

De multiples états lilliputiens, assortis d’accords bilatéraux, de la foutaise.

L’indépendance ça s’arrache dit Fanon…les armes à la main.

Alors dans les années 1960, j’aurais préféré une Afrique, à feu et à sang, une Afrique au combat avec de millions de victimes, mais une Afrique debout, vainqueur, fière et libre de son destin…

Je serai parti bien longtemps déjà, mais je ne désespère pas, même à titre posthume du succès de l’opération…BEHANZIN

Léonce Lebrun

Additional information

viagra bitcoin buy