Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

  

La Race, suite et fin

 

La France est la Nation championne de toute catégorie dans l’utilisation d’un vocabulaire qui jette le discrédit sur les communautés minoritaires de ce pays les éloignant du centre de gravité sociétale qu'est la SOLIDARITE des peuples

 

Aissi donc on relève les entrants..Communautarisme séparatisme qui attaquent de front le monde musulman les Africaine et autres afrodescendants, et le dernier arrivé… « Privilège blanc » qui ouvre la porte à toutes les exactions raciales perpétrées par les identitaires très nombreux en cette terre française.

 

Mais alors pourquoi vouloir supprimer le mot Race dans le langage populaire et les écrits alors que les expressions, Noir, Blanc font les beaux jours de la presse, marquant une différence très nette entre les individus, faisant la part belle à la race précisément indo européenne.

 

Car la France semble oublier que les troubles de nos jours sont la conséquence d’un passé peu glorieux…

 

…qu’on se rappelle qu’en 1945 elle fut sauvée de justesse de la domination allemande grâce à une mobilisation mondiale entraînant de millions de morts, qui eut dû entrainer de la modestie dans sa diplomatie… 

 

…Car dès la fin de la guerre elle se livrait à des luttes colonialistes contre des peuples qui revendiquaient leur liberté, entre autre l’Indochine et l’Algérie.

 

Par ailleurs, il ne faut pas perdre de vue que jus qu’à le moitié du 20ème siècle la France exerçait une tutelle sur plus de 110 millions non pas de citoyens mais des indigènes aux droits réduits…

 

…qu’après la période dite de décolonisation, elle a conservé les territoires dits outre mer qui lui vaut d’occuper deux tiers des océans, avec de revenus conséquents.

 

Alors il ne faut perdre de vue que toutes les mémoires ne sont pas courtes…

 

…que demain sur le sol français on sera confronté aux commandos libyens syriens et autres en guise de représailles dont le peuple en souffrira à cause du peu des discernement de ses dirigeants passés et présents.

 

Mais quoiqu’il en soit, il y aura toujours des Nègres des Asiatique les Latinos de indoeuropéens, qui font partie intégrante de la Race Humaine 

 

Hymne de CUBA, Ile de la CARAIBE

 

https://www.youtube.com/watch?v=IMKe6QVjT84

 

Les Habitations

 

Les Habitations... des prisons sans muraille, des manufactures odieuses produisant du tabac, du café, du sucre, et consommant des esclaves...

A l'origine du système esclavagiste

Au début de la colonisation, les colons ayant obtenu une petite concession se font aider par des engagés venus de France, pour défricher et mettre en valeur leurs terres. Ils plantent d'abord du pétun ,tabac, puis de l'indigo. Des cultures qui nécessitent peu de main-d'oeuvre et sont d'un bon rendement.

 Avec la découverte du procédé de fabrication du sucre, tout change en quelques décennies. Le sucre est à l'époque, le plus rémunérateur de tous les produits d'exportation . Sa production excite toutes les convoitises.

Les riches colons, les flibustiers enrichis et même les ordres religieux, appâtés par l'espoir d'énormes profits, se lancent dans l'aventure et construisent des habitations sucrières à tour de bras. Plus d'une centaine en moins de 30 ans -1660-1690-.

 L'investissement est lourd. L'habitation sucrière ne se contente pas d'exploiter de vastes champs de canne, c'est aussi un véritable établissement pré-industriel, très en avance sur son temps. La canne, une fois coupée, ne supportant pas le transport, tout le processus de production doit être réalisé sur place.

 Les moulins pour extraire le jus, les chaudières pour cristalliser le sucre, les bâtiments annexes, sont construits au coeur même de la propriété. L'ennui, c'est qu'il faut des bras pour faire fonctionner le tout. Les engagés ne sont pas assez nombreux.

 Le gouverneur de l'île tente bien d'en faire venir en plus grand nombre de métropole, allant même jusqu'à obtenir que des condamnés ou des mendiants lui soient envoyés, mais les nouveaux arrivants étant loin de suffire à la tâche, il faut bientôt envisager une autre solution.

 C'est ainsi, que s'inspirant du modèle des plantations espagnoles, les planteurs martiniquais vont faire appel à l'esclavage.

Les premiers esclaves sont achetés à des trafiquants hollandais ou anglais qui pratiquent la traite des noirs et déversent leurs cargaisons humaines sur les quais de Saint-Pierre.

 Mais les planteurs sont toujours loin du compte. la durée de vie d'un esclave dépassant rarement 25 ans, ils doivent s'assurer d'un constant renouvellement. Le royaume de France flairant la bonne affaire autorise et encourage la mise en place d'un circuit de traite entre les côtes d'Afrique et celles de Martinique.

 Des navires français se mettent à faire la navette, et en moins de 100 ans, plus de 100 000 africains sont déportés sur l'île. Leur travail, leurs souffrances, leurs morts vont enrichir les planteurs et faire de la Martinique une des plus profitables possessions françaises.

 Des villes entières de la côte atlantique, de Nantes à Bordeaux leur doivent leur prospérité, et à l'époque de Louis XIV, près de 400 000 personnes vivent en France du commerce avec la Caraïbe et de la traite des Nègres.

1848, Abolition de l'esclavage et faillite de l'économie de plantation


Les habitations qui dominent l'économie martiniquaise des XVII et XVIIIème siècles ,500 vers 1750, disparaissent ou se reconvertissent au milieu du XIXème à la suite de l'effondrement des cours du sucre et de l'abolition de l'esclavage ,1848.

 A cette époque, le sucre extrait de la betterave produit en Europe concurrence sérieusement un sucre martiniquais dont le coût de production s'envole avec la disparition de la main-d'oeuvre servile.

Après l'émancipation, les planteurs tentent de sauver leurs exploitations en remplaçant dans les champs de canne leurs anciens esclaves par des travailleurs libres qu'ils font venir d'Afrique et d'Asie.

 Mais malgré la mécanisation, les salaires versés aux nouveaux arrivants renchérissent considérablement les coûts d'exploitation. De nombreuses habitations ferment alors leurs portes, ou se reconvertissent sur un marché plus rémunérateur : le Rhum.

 Au début du XXème siècle, la Martinique devient premier exportateur mondial de cette boisson, avant qu'un coup terrible vienne de nouveau frapper son économie chancelante : l'éruption du Mont-Pelé en mai 1902.

 Habitations ouvertes au public


Plusieurs de ces anciennes habitations, en ruines, en exploitation, transformées en distilleries ou en hôtels se visitent aujourd'hui.


Habitation Céron

Cette ancienne sucrerie construite vers 1650, sur la commune du Prêcheur, est une des plus vieilles habitations de l'île. Ouverte au public, elle conserve encore aujourd'hui les ruines (l'habitation fut détruite par l'éruption de 1902), de sa rue Case Nègres où étaient entassés les esclaves, ainsi que tous ses bâtiments de production : moulin hydraulique, chaudières, purgerie...

Visite tous les jours de 9H30 à 17H00. Tel : 05 96 52 94 53. (Sur la route du Prêcheur à l'Anse Couleuvre, prendre à droite après la rivière de l'Anse Céron). Entrée : adultes 6 € , enfants 3 €.


Habitation Clément

Une très belle habitation transformée en musée. La maison de maître, classée monument historique, se visite et offre l'occasion unique de s'immerger dans le mode de vie des planteurs du XIXème siècle et de découvrir l'architecture et le mobilier créole d'époque.

 


La Pagerie

C'est sur cette ancienne habitation sucrière qu'est née Joséphine Rose Tascher première épouse (1796) de Napoléon Bonaparte et future impératrice. Au milieu d'un très beau parc se trouvent les ruines des bâtiments fonctionnels de l'habitation, ainsi qu'un petit musée consacré au souvenir de Joséphine.  

 


Plantation Leyritz

Dans un parc tropical magnifique, au milieu d’arbres centenaires, la Plantation Leyritz vous invite à une jolie balade à travers le temps. De cette ancienne habitation, une des plus importante de la région, aujourd’hui transformée en complexe hôtelier, il reste outre le site somptueux, la plupart des bâtiments d’époque.  

Additional information

viagra bitcoin buy