Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

  

La Race, suite et fin

 

La France est la Nation championne de toute catégorie dans l’utilisation d’un vocabulaire qui jette le discrédit sur les communautés minoritaires de ce pays les éloignant du centre de gravité sociétale qu'est la SOLIDARITE des peuples

 

Aissi donc on relève les entrants..Communautarisme séparatisme qui attaquent de front le monde musulman les Africaine et autres afrodescendants, et le dernier arrivé… « Privilège blanc » qui ouvre la porte à toutes les exactions raciales perpétrées par les identitaires très nombreux en cette terre française.

 

Mais alors pourquoi vouloir supprimer le mot Race dans le langage populaire et les écrits alors que les expressions, Noir, Blanc font les beaux jours de la presse, marquant une différence très nette entre les individus, faisant la part belle à la race précisément indo européenne.

 

Car la France semble oublier que les troubles de nos jours sont la conséquence d’un passé peu glorieux…

 

…qu’on se rappelle qu’en 1945 elle fut sauvée de justesse de la domination allemande grâce à une mobilisation mondiale entraînant de millions de morts, qui eut dû entrainer de la modestie dans sa diplomatie… 

 

…Car dès la fin de la guerre elle se livrait à des luttes colonialistes contre des peuples qui revendiquaient leur liberté, entre autre l’Indochine et l’Algérie.

 

Par ailleurs, il ne faut pas perdre de vue que jus qu’à le moitié du 20ème siècle la France exerçait une tutelle sur plus de 110 millions non pas de citoyens mais des indigènes aux droits réduits…

 

…qu’après la période dite de décolonisation, elle a conservé les territoires dits outre mer qui lui vaut d’occuper deux tiers des océans, avec de revenus conséquents.

 

Alors il ne faut perdre de vue que toutes les mémoires ne sont pas courtes…

 

…que demain sur le sol français on sera confronté aux commandos libyens syriens et autres en guise de représailles dont le peuple en souffrira à cause du peu des discernement de ses dirigeants passés et présents.

 

Mais quoiqu’il en soit, il y aura toujours des Nègres des Asiatique les Latinos de indoeuropéens, qui font partie intégrante de la Race Humaine 

 

Hymne de CUBA, Ile de la CARAIBE

 

https://www.youtube.com/watch?v=IMKe6QVjT84

 

Fondement

 

1/- Déclaration publiée le 18 mai 1915 par la France, la Grande- Bretagne et l'U.R.S.S. dénonçant " les nouveaux crimes de la Turquie contre l'Humanité et la civilisation " en Arménie.

 2/- Article 227 du Traité de Versailles du 28 juin 1919.

3/- Convention internationale sur l'Esclavage du 25 septembre 1926.

4/- Articles 6c, 9, 27 et 28 du Statut du Tribunal Militaire International de Nuremberg annexé à l'Accord International de Londres du 8 août 1945 signé et ratifié par l'Etat Français et publié au Journal Officiel par décret du 6 octobre 1945 (J.O. 7 octobre 1945, p. 6314 à 6316), ayant valeur de Traité International (Chambre Criminelle, Cour de Cassation, 3 août 1950, Bull. Crim. n° 227).

5/- Résolutions de l'Assemblée Générale de l'O.N.U. des 13 février et 11 décembre 1946 confirmant les principes du droit international reconnus par le Statut du Tribunal de Nuremberg.

6/- Articles 1,2 et ss de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide approuvée par l'Assemblée Générale de l'O.N.U. le 9 décembre 1948 signée et ratifiée par l'Etat Français, et publiée au Journal Officiel par décret du 24 novembre 1950 (J.O. 26 novembre 1950, p. 12006).

7/- Article 4 de la Déclaration universelle des Droits de l'Homme de 1948 confirmée par Convention de 1956.

8/- Convention de l'O.N.U. du 26 décembre 1968 sur l'imprescriptibilité des crimes de guerre et des Crimes contre l'Humanité non signée par l'Etat Français.

9/- Articles 1 et 2 de la Convention de l'O.N.U. du 3 novembre 1973, non signée par l'Etat Français, assimilant l'apartheid à un Crime contre l'Humanité et élargissant ce Crime aux restrictions de droits et aux discriminations raciales.

10/- Convention du Conseil de l'Europe du 25 janvier 1974 sur l'imprescriptibilité des crimes de guerre et des Crimes contre l'Humanité, signée mais non ratifiée par l'Etat Français.

11/- Convention de l'O.N.U. contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants du 10 décembre 1984 signée et ratifiée par l'Etat Français (L. n° 85-1173 du 12 novembre 1985, publication D. n° 87-916 du 9 novembre 1987 J.O. 14 novembre 1987 p. 13.267).

12/- Articles 6, 7 alinéa 2 et 60 de la Convention Européenne des Droits de l'Homme et des Libertés Fondamentales.

13/- Résolution n° 47 -33 du 25 novembre 1992 et 48/31 du 9 décembre 1993 de l'Assemblée Générale de l'O.N.U. chargeant la Commission du Droit International d'élaborer un projet de statut pour une Cour Criminelle Internationale et Résolution du 23 novembre 1994 de l'Assemblée Générale de l'O.N.U. décidant d'inscrire à l'ordre du jour de sa 50ème Session la " création d'une Cour Criminelle Internationale ".

14/- Article unique L. n° 64-1326 du 26 Décembre 1964 tendant à constater l'imprescriptibilité des Crimes contre l'Humanité (J.O. 29 décembre 1964).

15/- Articles 211-1 à 213-5 du Nouveau Code Pénal Français (L. n° 92-684 du 22 juillet 1992).

16/- Résolution n° 827 du 25 mai 1993 du Conseil de Sécurité de l'O.N.U. décidant l'institution d'un Tribunal International pour juger les actes de génocide perpétrés au Rwanda et sur le Territoire d'Etats voisins par les membres de la Communauté Hutue à l'encontre des citoyens Rwandais appartenant à la communauté Tutsie entre le 1er janvier 1994 et 31 décembre 1994.

 

17/- Loi n° 96-432 du 22 mai 1996 organisant la coopération avec la juridiction ci-dessus et portant adaptation de la législation française aux dispositions de la Résolution n° 955 ci-dessus.

Doctrines

Additional information

viagra bitcoin buy