Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

  

La Race( suite)

 

Ce grand défi est de comparer sur la toile le sort réservé en France  à deux sœurs jumelles, Race etReligion...dont l’une, La Race a été placée au banc des accusés comme responsable des « coup de sang raciaux «  périodiques que connait ce pays depuis quelques années

 

Oui mais s’agissant de la mouvance musulmane, on ne peut exclure la politique française  partisane, au Moyen orient, les coups bas de l’Etat hébreu au regard de la Palestine en devenir, la destruction de la Libye en 2011 dont la France était en pôle position, une ingérence manifeste depuis 2012 en Syrie dont on voit mal la fin de ce conflit.

 

Bref, dans toute manifestation violente au sein de  la Société il  faut  établir les causes consécutives à une diplomatie de la petite semaine  et dénoncer avec force les vrais responsables.

 

Cela  dit pourquoi la problématique raciale a pris une telle proportion en France alors qu’en Europe les pays à démocratie comparable bénéficient d’une paix sociale apaisée.

 

Et nous sommes en ce jour historique du 7 Janvier 2015 …

 

…un attentat est un acte de guerre à carctère politique, conduit par des militants cultivés, motivés.

 

… l’opération est préparée longtemps à l’avance, et au jour convenu les choses se passent sans bavure, et les hommes  disparaissent ne laissant aucune trace de leur mission.

 

Or en ce 7 Janvier avec l’attaque de l’imprimerie « Charly Bebdo » nous avons eu affaire à une petite bande de  dégénénés, choisis au hasard  pour un mauvais coup, sans doute drogués, qui restent dans les parages proches, pour être « logés » rapidement et tués par les forces de police…

 

….qu’un jour l’Histoire nous révelera les commanditaires.

 

 Car ces hommes n’avaiet pas le profil de soldat, d’homme de guerre, mais manipulés pour tuer.

 

Et du reste les politiciens au Pouvoir sont tombés dans le piège par naïveté ou imcompétence pour hurler au Monde entier que « la France était victime d’un   odieux attentat »…

 

…invitant tous « les grands de la Planète »  à une marche à Paris le 11 Janvier 2015, pour la défense de la «  liberté d’expression »,un abus  de la vision des réalités, car seuls quelques rares médias non affidés usesnt avec parcimonie de ce privilège.

 

Par contre l’ancien Président améridain a décliné cette invitation ne voulant sans doute pa s’acssocier à cette  mascarde.

 

Mais des dirigeants africains étaient bien présents en nombre une bonne quinzaine en tête du cortège, venus remercier «  buana » l’impérialiste de l'Occident pour son soutien à ces 3èmes mandats, ou à la modification permanente de leur constitution à des fins  de mauvaises gouvernance. ces crétins de négrillons…

 

…ah la bonne affaire qui politiquement ine finé , na pas payé.

 

Mais les premières personnes visées par ces évènements tragiques furent les communautés musulmanes, affublées de tous les péchés d’Israel.

 

En fait ce n’est pas le seul but recherché par ces despérados, car le mode opératoire par la suite, des citoyens agressés mortellement tout à fait anonymes, indique sans doute que certains veulent installer dans la pays un climat de peur et de terreur pour renversr les institutions de la République.

 

Sur cette dernière hypothèse on peut avancer que ces ennemis invisibles ont gagné, face à un peuple déjà plongé dans la peur qui a accepté sans résistance une décision illégales, autoritaire d'un long confinement sanitaire …

 

… et en sas d’une guerre civile ou un coup d’Etat  militaire je ne pense pas que les citoyens seraient traversés par un sentiment de révolte face à l’adversité …

 

…l’avenir nous le dira…

 

 

Et voila q’un groupe  du nom « des identitaires », jette le masque en faisant état de concepts, « racisme anti blanc  anti francais » et « privilège blanc »inconnus jusqu’alors dans les échanges de la société civile.

 

La suite prochainement

 

 Déja 10 ans Patrick est parti vers d'autres cieux...

https://www.youtube.com/watch?v=abw9sBMFBdM&list=RDabw9sBMFBdM&start_radio=1

 

Djibouti

 

 

Géographie

 
La république de Djibouti est enclavée entre l’Éthiopie et la Somalie. C’est une région d’instabilité tectonique, où les phénomènes volcaniques sont fréquents. Le territoire est occupé à 90 % par le désert.
 Le relief passe de plus de 2000 m au mont Musa Ali, à 174 m en dessous du niveau de la mer au lac Assal. Le climat y est semi-aride.

Djibouti est un pays de 23 000 km2, situé dans la Corne de l'Afrique, limitrophe de l'Éthiopie, de l'Érythrée, de la Somalie ,Somaliland depuis 1991, et du Yémen.

 

La République de Djibouti se trouve à mi-distance de l'Équateur et du Tropique du Cancer. Sa situation, sur la côte orientale de l'Afrique, au débouché méridional de la mer Rouge et à l'ouest du golfe d'Aden, c'est-à-dire entre le canal de Suez et l'Extrême-Orient, est avec la proximité de l'Éthiopie à l'origine de son importance stratégique.

 

Djibouti possède une façade maritime de 314 km, allant de la mer Rouge à l'océan Indien, en passant par le détroit de Bab el Mandeb, cette façade s'étend du cap Douméra, au nord, au village de Loyada, au sud.

 

Le golfe d'Aden s'enfonçant dans le continent par le biais du golfe de Tadjoura, prolongé par le Ghoubbet-el-Kharab, née d'une ouverture du rift est-africain.

 

Le territoire dispose d'une grande diversité de paysages , des montagnes au nord, des lacs comme le lac Assal et le lac Abbe, des zones désertiques comme les Grand et Petit Bara.

 

Une activité volcanique récente a modelé le paysage. Le dernier volcan en activité sur le territoire est l'Ardoukoba

Population

 

La population est composée de deux peuples islamisés, les Afars ,Danakils, au Nord et les Issas Somalie au Sud. On compte plus de 100000 nomades parmi les Afars. La population parle la langue couchitique, de la famille chamito-sémitique, utilisée aussi en Éthiopieet en Asie.

La démographie de Djibouti concerne tant l'évolution de la population de Djibouti ancienne colonie française devenue la République de Djibouti, que sa situation actuelle et les statistiques qui s'y rapportent.

 

La première estimation du nombre d'habitants du territoire en 1906 indique 208 061 habitants répartis sur 120 000 km2. En 1913, la population de la colonie ou de la seule ville de Djibouti est estimée à 16 693 personnes.

 

Le premier recensement se déroule en 1921. Il dénombre 64 774 habitants, en partie à partir d'estimations. En 1931, avec les mêmes modalités, 69 790 habitants sont trouvés, puis 49 391 en 1936 et 44 796 en 1946.

 

En 1951, l'administration annonce 61 769 habitants, mais en 1961, l'INSEE précise que la population de la CFS n’a jamais fait l’objet de recensement mais simplement d’estimations officielles. En 1972, 98 183 habitants non-Européens sont recensés par identification directe des personnes.

 

Le premier recensement après l'indépendance, en 1983, décompte 273 974 habitants, mais le chiffre est redressé à 341 000 pour tenir compte des espaces non visités

 

En 2009, 818 159 habitants sont recensés dans le pays, dont 577 933 urbains

 

La ville de Djibouti est créée  à partir de 1888. Elle aurait 4000 habitants en 1898, 11 903 en 1932 et environ 16 000 en 1939 avant de passer à 6000 en 1942 à la suite d'expulsions d'habitants.

 

Elle compte à nouveau 17 000 habitants en 1947, 40 000 au début des années 1960, 62 000 en 1967, 118 000 en 1972 et 150 000 habitants au début des années 1980, puis atteint 475 322 en 2009.

 

Selon les sources et les estimations, la répartition de la population en catégories linguistiques diffère fortement.

 

Les résultats détaillés du 2e recensement général de la population et de l'habitat de 2009, qui comprenait une question sur le groupe ethnico-culturel d'appartenance, n'ont pas été publiés.

 

Selon une étude publiée en 2003, on aurait 33.4% d'Issas, 20% d'Afars, 15% de Gadaboursis, 13,3% d'Issaqs, 8,3% d'autres Djiboutiens, 6% d'Arabes et 4% d'Européens.

 

Dans le même journal, une autre étude parle de 50% d'Issas, 37% d'Afars, 8% d'Arabes et 3% d'Européens

 

Pour l'Encyclopedia Britannica ,2009, on aurait 46% de Somalis, 35,4% d'Afars, 11% d'Arabes, 3% de «mixed African and European», 1,6% de Français et 3% d'autres.

 

Enfin, selon le site Ethnologue, en 2006 on aurait 297 000 locuteurs du somali répartis en trois clans , issa, gadaboursi, issaq, 99 200 de l'afar, 36 000 arabophones et 10 200 francophones.

Histoire

 

Le pays devient Côte française des Somalis en 1896. Il est le point de départ du chemin de fer qui relie le port de Djibouti à Addis-Abeba en Éthiopie , 1917. Il devient territoire d’outre-mer en 1946 sous le nom de Territoire français des Afars et des Issas .

Le 8 mai 1977, la population, consultée pour la troisième fois ,après 1958 et 1966, choisit l'indépendance avec officiellement 98,8 % des suffrages exprimés

 

Elle est proclamée le 27 juin, avec la naissance de la République de Djibouti. Son premier président est Hassan Gouled Aptidon qui instaure rapidement un système de parti unique.

 

À partir de 1991, une guerre oppose le gouvernement au Front pour la restauration de l’unité et la démocratie ,FRUD, dirigé par Ahmed Dini, figure emblématique de l'opposition djiboutienne.

 

Après un premier revers, l'armée reprend le contrôle du territoire en 1994. C'est alors qu'un traité est signé entre une partie du FRUD et le gouvernement djiboutien. Une partie plus radicale ,le FRUD armé n'intègre le processus de paix qu'en 2001.

 

En 1992, après le début de l'insurrection, une Constitution est adoptée par référendum. Elle prévoit un multipartisme partiel avec quatre partis.

 

En 1999, Ismail Omar Guelleh devient président de la République. Il est réélu en 2005, puis, après une modification de la Constitution, en 2011.

 

Des manifestations, qui protestent contre la misère des habitants malgré le développement du pays, sont réprimées au début de 2011

La situation reste tendue entre les Afars, soutenus par les Éthiopiens, et les Issas, mais dès 1994, un traité est signé entre une partie du FRUD et le gouvernement djiboutien.


La partie la plus dure , appelé FRUD armé entre dans le processus de pacification seulement en 2001. Non seulement, cette guerre freine le développement du pays, mais elle creuse davantage le fossé entre les Afars et les Issas.
 

Et si, économiquement, les plaies de la guerre paraissent cicatrisées, la construction d'une identité djiboutienne s'en est renforcée.

Ismail Omar Guelleh est toujours le président de Djibouti.

Dominique 

Additional information

viagra bitcoin buy