Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

  

La Race( suite)

 

Ce grand défi est de comparer sur la toile le sort réservé en France  à deux sœurs jumelles, Race etReligion...dont l’une, La Race a été placée au banc des accusés comme responsable des « coup de sang raciaux «  périodiques que connait ce pays depuis quelques années

 

Oui mais s’agissant de la mouvance musulmane, on ne peut exclure la politique française  partisane, au Moyen orient, les coups bas de l’Etat hébreu au regard de la Palestine en devenir, la destruction de la Libye en 2011 dont la France était en pôle position, une ingérence manifeste depuis 2012 en Syrie dont on voit mal la fin de ce conflit.

 

Bref, dans toute manifestation violente au sein de  la Société il  faut  établir les causes consécutives à une diplomatie de la petite semaine  et dénoncer avec force les vrais responsables.

 

Cela  dit pourquoi la problématique raciale a pris une telle proportion en France alors qu’en Europe les pays à démocratie comparable bénéficient d’une paix sociale apaisée.

 

Et nous sommes en ce jour historique du 7 Janvier 2015 …

 

…un attentat est un acte de guerre à carctère politique, conduit par des militants cultivés, motivés.

 

… l’opération est préparée longtemps à l’avance, et au jour convenu les choses se passent sans bavure, et les hommes  disparaissent ne laissant aucune trace de leur mission.

 

Or en ce 7 Janvier avec l’attaque de l’imprimerie « Charly Bebdo » nous avons eu affaire à une petite bande de  dégénénés, choisis au hasard  pour un mauvais coup, sans doute drogués, qui restent dans les parages proches, pour être « logés » rapidement et tués par les forces de police…

 

….qu’un jour l’Histoire nous révelera les commanditaires.

 

 Car ces hommes n’avaiet pas le profil de soldat, d’homme de guerre, mais manipulés pour tuer.

 

Et du reste les politiciens au Pouvoir sont tombés dans le piège par naïveté ou imcompétence pour hurler au Monde entier que « la France était victime d’un   odieux attentat »…

 

…invitant tous « les grands de la Planète »  à une marche à Paris le 11 Janvier 2015, pour la défense de la «  liberté d’expression »,un abus  de la vision des réalités, car seuls quelques rares médias non affidés usesnt avec parcimonie de ce privilège.

 

Par contre l’ancien Président améridain a décliné cette invitation ne voulant sans doute pa s’acssocier à cette  mascarde.

 

Mais des dirigeants africains étaient bien présents en nombre une bonne quinzaine en tête du cortège, venus remercier «  buana » l’impérialiste de l'Occident pour son soutien à ces 3èmes mandats, ou à la modification permanente de leur constitution à des fins  de mauvaises gouvernance. ces crétins de négrillons…

 

…ah la bonne affaire qui politiquement ine finé , na pas payé.

 

Mais les premières personnes visées par ces évènements tragiques furent les communautés musulmanes, affublées de tous les péchés d’Israel.

 

En fait ce n’est pas le seul but recherché par ces despérados, car le mode opératoire par la suite, des citoyens agressés mortellement tout à fait anonymes, indique sans doute que certains veulent installer dans la pays un climat de peur et de terreur pour renversr les institutions de la République.

 

Sur cette dernière hypothèse on peut avancer que ces ennemis invisibles ont gagné, face à un peuple déjà plongé dans la peur qui a accepté sans résistance une décision illégales, autoritaire d'un long confinement sanitaire …

 

… et en sas d’une guerre civile ou un coup d’Etat  militaire je ne pense pas que les citoyens seraient traversés par un sentiment de révolte face à l’adversité …

 

…l’avenir nous le dira…

 

 

Et voila q’un groupe  du nom « des identitaires », jette le masque en faisant état de concepts, « racisme anti blanc  anti francais » et « privilège blanc »inconnus jusqu’alors dans les échanges de la société civile.

 

La suite prochainement

 

 Déja 10 ans Patrick est parti vers d'autres cieux...

https://www.youtube.com/watch?v=abw9sBMFBdM&list=RDabw9sBMFBdM&start_radio=1

 

L'expansion des Etats Unis

 

L'importance grandissante des États- Unis, caractérisée par une forte croissance économique et démographique, l'expansion territoriale jusqu'au Pacifique, la résolution des problèmes internes économiques et politiques, en particulier la question de l'Esclavage et de l'unité nationale, en fit l'une des plus grandes puissances mondiales dès la fin du XIXe siècle.

L'expansion territoriale des États-Unis fut caractérisée par une guerre sans merci contre les indiens qui résistaient à l'empiètement sur leur territoire.

À l'exception de ceux qui habitaient des régions retirées, notamment dans le sud des Appalaches, les indiens de l'est du Mississippi furent massacrés au cours de la dernière décennie du XVIIIe siècle.

Quelques-unes des tribus réussirent cependant à migrer vers l'ouest. La destinée tragique des peuples de l'est de l'Amérique du Nord fut, en grande partie, le résultat des guerres et des rivalités politiques des puissances colonisatrices, en particulier les français et les anglais qui impliquèrent les tribus dans leurs luttes pour la suprématie territoriale.

En 1637, les pequots, une des grandes tribus de la région de la Nouvelle-Angleterre, furent littéralement éliminés.

Par la suite, le sachem des Wampanoags, Philippe, organisa une confédération des tribus de la Nouvelle-Angleterre, pour combattre les colonisateurs britanniques.

Au cours du conflit qui s'ensuivit, la guerre du roi Philippe, en 1675 et en 1676, les tribus infligèrent de sérieuses défaites à leurs adversaires, mais elles furent finalement submergées par les forces anglaises, qui les exterminèrent.


À l'époque où le chef sauk Black Hawk appela à la guerre pour défendre les territoires indiens à l'est du Mississippi, en 1832, et après la défaite de la tribu des Nez-Percés d'Oregon, en 1877, les indiens des Grandes Plaines, du sud-ouest et des Rocheuses s'opposaient à presque toutes les avances européennes vers l'ouest.

Cette opposition armée venait surtout des sioux et atteignit son apogée à la bataille de Little Big Horn, dans l'actuel Montana, le 25 juin 1876.

Au cours de cette bataille, une importante armée de sioux et de cheyennes du nord, dirigée par les chefs Crazy Horse, Sitting Bull et Gall, vainquit un détachement de la 7e cavalerie des États-Unis, sous le commandement du colonel Custer.

Quelques indiens, comme les apaches, dont Geronimo, dans les années 1880, continuèrent la lutte. Les guerres indiennes se terminèrent par le massacre de Wounded Knee, dans le Dakota-du-Sud, le 29 décembre 1890.

Environ deux cents hommes, femmes et enfants désarmés furent exterminés par la 7e cavalerie des États- Unis. En plus des massacres organisés, les maladies, l'assimilation forcée et l'expropriation territoriale par les traités et les lois décimèrent les indiens.; les survivants durent se regrouper dans des réserves, où ils vivent aujourd'hui.

Malgré un renouveau récent, la situation sociale, économique et culturelle de ces peuples reste préoccupante.

Outre l'acquisition de territoires contigus aux XIXe et XXe siècles, les États-Unis obtinrent d'autres régions en Amérique du Nord l'Alaska, achetée à la Russie en 1867 pour 7 millions de dollars, Porto Rico, cédée par l'Espagne en 1898 après la guerre hispano-américaine, la zone du canal de Panamá acquise en 1903, mais cédée au Panamá en 1979 et les îles Vierges des États-Unis, achetées au Danemark en 1917.

 

Le XXè siècle

Additional information

viagra bitcoin buy