Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

  

La Race, suite et fin

 

La France est la Nation championne de toute catégorie dans l’utilisation d’un vocabulaire qui jette le discrédit sur les communautés minoritaires de ce pays les éloignant du centre de gravité sociétale qu'est la SOLIDARITE des peuples

 

Aissi donc on relève les entrants..Communautarisme séparatisme qui attaquent de front le monde musulman les Africaine et autres afrodescendants, et le dernier arrivé… « Privilège blanc » qui ouvre la porte à toutes les exactions raciales perpétrées par les identitaires très nombreux en cette terre française.

 

Mais alors pourquoi vouloir supprimer le mot Race dans le langage populaire et les écrits alors que les expressions, Noir, Blanc font les beaux jours de la presse, marquant une différence très nette entre les individus, faisant la part belle à la race précisément indo européenne.

 

Car la France semble oublier que les troubles de nos jours sont la conséquence d’un passé peu glorieux…

 

…qu’on se rappelle qu’en 1945 elle fut sauvée de justesse de la domination allemande grâce à une mobilisation mondiale entraînant de millions de morts, qui eut dû entrainer de la modestie dans sa diplomatie… 

 

…Car dès la fin de la guerre elle se livrait à des luttes colonialistes contre des peuples qui revendiquaient leur liberté, entre autre l’Indochine et l’Algérie.

 

Par ailleurs, il ne faut pas perdre de vue que jus qu’à le moitié du 20ème siècle la France exerçait une tutelle sur plus de 110 millions non pas de citoyens mais des indigènes aux droits réduits…

 

…qu’après la période dite de décolonisation, elle a conservé les territoires dits outre mer qui lui vaut d’occuper deux tiers des océans, avec de revenus conséquents.

 

Alors il ne faut perdre de vue que toutes les mémoires ne sont pas courtes…

 

…que demain sur le sol français on sera confronté aux commandos libyens syriens et autres en guise de représailles dont le peuple en souffrira à cause du peu des discernement de ses dirigeants passés et présents.

 

Mais quoiqu’il en soit, il y aura toujours des Nègres des Asiatique les Latinos de indoeuropéens, qui font partie intégrante de la Race Humaine 

 

Hymne de CUBA, Ile de la CARAIBE

 

https://www.youtube.com/watch?v=IMKe6QVjT84

 

Théorie de la participation criminelle

 

Considérant que le droit international admet la responsabilité de celui qui inspire, encourage, facilite la commission d'un Crime contre l'Humanité ou incite à le commettre.

Considérant que la provocation ou la sollicitation directe au crime, l'entente préalable ou le plan concerté en vue de commettre le Crime, sont des formes de participation particulièrement dangereuses pour le prix et la sécurité de l'Humanité et que leur incrimination internationale est donc nécessaire.

Considérant que le fait pour un supérieur hiérarchique de laisser sciemment, s'accomplir ou tolérer, un Crime contre l'Humanité, est punissable, l'omission, assimilée à la commission, constituant une forme de complicité.

Considérant que le droit français fait application du même principe et incrimine la participation à un groupement formé ou à une entente établie en vue de la préparation d'un ou plusieurs Crimes contre l'Humanité (art. 212-3 NCP) et admet que des personnes morales puissent être déclarées responsables pénalement de ces Crimes (art. 213-3 NCP).

Imprescriptibilité

Considérant que le droit international déclare imprescriptible le Crime contre l'Humanité (cf. Convention ONU du 26 décembre 1968 - Convention du Conseil de l'Europe du 25 janvier 1974), et concerne aussi bien l'imprescriptibilité de l'action publique que celle de la peine elle-même.

Considérant que le droit français fait application du même principe aux termes de la loi du 26 décembre 1964 s'agissant de l'imprescriptibilité de l'action publique.

Considérant que la jurisprudence de la Cour de Cassation française considère que l'autorité de la chose déjà jugée et la règle " non bis in idem ", de même que la confusion des peines, ne peuvent être utilement invoquées pour paralyser la répression des Crimes contre l'Humanité, " dès lors qu'aucune peine n'a été subie " (cf. 3ème arrêt BARBIE).

Entraide répressive

Considérant que la répression des Crimes contre l'Humanité se fonde sur l'existence d'un " ordre répressif international auquel la notion de frontière et les règles extraditionnelles qui en découlent sont fondamentalement étrangères " (cf. 1er arrêt BARBIE).

Considérant en conséquence que la question de la validité des modes de livraison parallèles à l'extradition, dite " extradition déguisée " en raison des circonstances de la livraison au Tribunal du ou des accusés de Crime contre l'Humanité, est insusceptible de pouvoir entraîner la nullité des procédures de poursuites (cf. 1er arrêt BARBIE).

Action civile

Considérant qu'il n'est ni anormal, ni illicite de la part d'associations habilitées, ou de plaignants individuels, de provoquer ou de solliciter des dépôts de plaintes ou des témoignages, du moment qu'ils sont sincères, afin de demander à des Etats membres de l'Assemblée Générale de l'O.N.U. de signer la présente Requête et d'apporter leurs contributions respectives à la présentation des éléments de faits et de droit concernant les pratiques esclavagistes ayant été perpétrées sur leurs propres sols (cf. 3ème arrêt TOUVIER).

Constitution d'archives audiovisuelles de la justice

Considérant que la présente procédure ayant un caractère historique, il convient de constituer un fonds d'archives à l'usage des générations futures et de permettre l'enregistrement sonore et audio-visuel des audiences relatives à cette procédure.

Les peines applicables

Additional information

viagra bitcoin buy